Des Français exaspérés par les fraudeurs ? 83,6% des Français estiment que la SNCF n’en fait pas assez pour lutter contre la fraude, selon le sondage YouGov réalisé pour le quotidien . Une opinion semble-t-il partagée par l’intéressée. La SNCF qui reconnaît un taux de fraude de 8,6% et 300 millions d’euros de recettes en moins par an, doit annoncer, dans les prochaines semaines, son plan anti-fraude.

Cependant, la SNCF a d’ores et déjà pris des mesures pour lutter contre les resquilleurs. Depuis le 1er septembre 2014, l’entreprise a réduit la validité des billets des TER et Intercités sans réservation obligatoire de 61 à 7 jours afin de lutter contre la multi-utilisation des titres de transport. 34,9% seulement des personnes interrogées par YouGov jugent cette mesure utile.

Le sans à la rescousse

De plus, la SNCF teste, actuellement, le paiement sans (NFC) dans les TER en Basse-Normandie. La Lorraine, l’Aquitaine, l’Alsace, Midi-Pyrénées et la Haute-Normandie suivront début 2015 avant de généraliser l’outil aux autres régions. L’usager composte son billet avant de monter dans le train. Le contrôle de smartphone à smarphone sera facilité.

Autre piste étudiée, concentrer la présence des contrôleurs dans les trains où il y a le plus de fraude. En contrecoup, il s’agirait augmenter le nombre de TER sans contrôleurs. Seulement 29,2% des sondés sont favorables à l’absence de contrôleurs dans les TER.

Un contrôle systématique ?

En revanche, 78,3% des Français interrogés sont favorables à la généralisation du contrôle des billets avant de monter dans tous les trains. Une solution qui paraît imparable, mais difficile à mettre en œuvre… En revanche, la SNCF étudie la possibilité de mettre des portes en dur à l’entrée des quais. "C’est plus efficace que les contrôles à bord. Le procédé existe déjà en Espagne et ça marche très bien. Mais avant de se décider il faut être sûr que le ratio coût-bénéfice est avantageux", a expliqué Alain Le Vern, responsable de la lutte contre la fraude à la SNCF au journal .

Autre solution avancée contre la fraude, améliorer la qualité de services ou baisser les tarifs. Sans surprise, 91,1% des Français y sont favorables. Il se trouve que la SNCF a fait de la qualité de service, une des ses priorités. Quant à baisser les tarifs, l’entreprise fait des efforts tarifaires. Du 9 au 22 septembre 2014, elle a, notamment, réitéré son opération un million de billets en vente à petits prix sur les TGV et Intercités.

Lors du séminaire de la SNCF le 10 septembre 2014, Alain Le Vern a promis "un plan de lutte musclé contre la fraude".

Méthodologie :
Sondage réalisé en ligne du 4 au 7 septembre 2014 sur 1009 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Etude réalisée selon la méthode des quotas sur le panel propriétaire YouGov.