Depuis son lancement en 1997 et sa première mise en service à Montpellier en 2001, le Citadis d'Alstom a été vendu à plus de 1800 exemplaires dans le monde. Un succès commercial que le constructeur français entend amplifier avec sa nouvelle gamme X05, en profitant du boom annoncé du marché mondial des transports urbains.

La Gamme X05, présentée sous forme d'hologramme à Innotrans, se décline en plusieurs longueurs de 24 à 44 mètres comme son prédécesseur, mais Alstom a accentué sa politique de standardisation des composants. Résultat, il sera plus simple et moins coûteux d'allonger la longueur des rames à la demande des clients en cas d'augmentation de la fréquentation d'une ligne.

Objectif confort...

Les innovations les plus visibles de ces nouveaux tramways portent sur sa caisse et son aménagement intérieur. Toutes les rames, qui sont bien sûr à plancher bas intégral, disposent de portes doubles même aux entrées situées près du poste de conduite, ceci pour faciliter les échanges entrée-sortie du véhicule qui sont un élément important de la vitesse et la régularité d'exploitation. Elles seront dotées de nouvelles baies vitrées dont la surface a augmenté de 12% et qui descendent très bas accentuant ce qu'Alstom appelle "l'effet balcon". Juliette pourra apercevoir son Roméo sans problème dans la ville.

Autre innovation pour le confort des voyageurs, l'allée centrale a été élargie (75 centimètres) - "la plus large du marché", se félicite Alstom - sans pour autant sacrifier le nombre de places assises. La caisse est sertie de longues bandes de LED à l'image de celles que l'on trouve sur le tramway de Tours. Comme son prédécesseur, le X05 pourra être doté de faces avant et arrière personnalisables par le client même si Alstom propose, en standard, trois formes différentes.

Pour améliorer le confort des passagers, Alstom a opté pour le boggie Ixege, plus compact que son prédécesseur le boggie Arpege et doté de moteurs à aimants permanents, déjà utilisé pour le tramway Compact d'Aubagne. Coté performances, les rames pourront atteindre le 80 km/h, ce qui ne sert pas à grand chose dans le centre des villes, mais pourrait être très utile dans les zones périurbaines, futures terres de conquête des réseaux existants.

...et chasse aux coûts

Ce choix technique, comme l'emplacement de nombreux composants techniques rendus plus accessibles, devrait, selon Alstom, réduire les coûts de maintenance de 18%, et la consommation d'énergie de 4%. Résultat, les coûts d'exploitation devraient être réduits de 11%, annonce le constructeur, ce qui est loin d'être négligeable quand on sait que sur les 30 années de vie d'un tramway, l'exploitation pèse plus que son coût d'achat.

L'alimentation électrique se fera par caténaires classiques, par le système de captation par le sol développé à Bordeaux ou grâce à des batteries et des surcapacités embarquées.

Si la gamme X05 s'inspire très largement du tramway compact d'Aubagne, mis en service en septembre 2014, le constructeur explique que le premier de cette nouvelle génération verra le jour en 2017 à Avignon. Du moins si le projet n'est pas abandonné.

Robert Viennet