"C’est une application orientée client : nous nous sommes mis dans la peau des usagers et de leurs besoins", résume Bernard Dupré, chef de projet services à la RATP. Les points d’arrêt des bus et tramways vont être progressivement équipés d'un service qui permettra à l’usager d’afficher des informations voyageur sur son mobile : temps d’attente des deux prochains bus/tramways, plan intégral des lignes desservies, plan de quartier avec les offres de transport à proximité.


Le service se présente sous forme d’un visuel  à pleine plus grand qu’une carte de visite (voir ci-dessous). Celui-ci est disposé sous verre, conçu pour résister à l’humidité et aux UV, coûte 2,50 euros, beaucoup moins cher qu’une borne d’information voyageur (BIV) qui équipe 6 000 des 13 000 arrêts...


L’usager dispose, ainsi, de trois moyens pour afficher l’information voyageur sur son mobile :
- SMS qui présente le désavantage d'être payant ;
- NFC (Near field Communication), une technologie sans qui équipe les smartphones dernières générations ;
- QR code via une appli mobile gratuite

Le plus simple et le plus rapide, consiste à passer son smartphone devant le logo NFC ou à défaut devant le QR Code pour ouvrir le navigateur à l'adresse tag.ratp.fr, et afficher les informations sur les lignes de son arrêt. L’avantage, c’est que l'outil compile des informations déjà disponibles sur des applis mobiles et sites wap.

Le même à la maison

Ensuite, il suffit de garder l’adresse dans ses favoris pour consulter ces informations à tout moment en rafraichissant la page. Prochaine étape, le tag qui sera apposé sur son réfrigérateur qui permettra de faire la même opération de chez soi. Quant au métro, il faudra attendre l’arrivée de la 3G et de la 4G pour disposer du même service.

Les 13 000 arrêts bientôt équipés

Le service a été conçu, développé et réalisé par Ixxi, filiale de la RATP, spécialisée dans la de solutions et services de mobilité urbaine. Les tests ont commencé, au mois d’octobre 2014, sur les lignes T2 et 24. Une expérimentation concluante puisque d’ici à la fin du premier semestre 2015, le service sera déployé au 13 000 arrêts. Seule contrainte, la rapidité d’affichage dépend de la qualité du réseau, et donc de son opérateur mobile.

Le geste avec son smartphone NFC est aussi simple et facile que celui utilisé avec son passe Navigo. Mais, pour l’heure, il n’est pas question de passer les portillons avec son smartphone même si la RATP travaille sur ce sujet avec le Stif.