Après les double-sens cyclables en zone 30 (lire l'article Les cyclistes se paient les sens-interdits), voilà que les cyclistes vont êre autorisés à franchir les feux rouges.

Le décret n°2010-1390 du 12 novembre permet en effet aux maires de mettre en place des "tourne-à-droite" cyclistes à certains feux tricolores. Autrement dit, sur des intersections choisies, "présentant toutes les conditions de sécurité", des panneaux de signalisation autoriseront les conducteurs de vélos à ne pas respecter l'arrête au feu rouge, s'ils tournent à droite. 

"En découplant le flux des cyclistes de celui des flux motorisés, on va réduire le risque d'accident lié aux angles morts des véhicules de grand gabarit", commente la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) qui salue cette nouvelle mesure inscrit dans le Code de la route.
 

Et ceux qui tournent à gauche ?

La FUB demande d'ailleurs que le "tourne à droite" cycliste soit généralisé à tous les feux et étendu aux intersections gérées par des panneaux "Stop".

Et pour ceux qui tourne à gauche ? "La généralisation des sas vélo au niveau des feux tricolores doit permettre d'améliorer la sécurité des cyclistes en sécurisant leurs mouvements de "tourne à gauche" et en renforçant leur visibilité", répond l'association de défense des cyclistes.
La FUB réclame aussi la suppression progressive des feux et stops "qui n'ont plus lieu d'être dans les zones 30, lesquelles ont vocation à être généralisées en dehors des axes lourds".

Avant cela, il va falloir changer les habitudes des automobilistes et conducteurs de poids lourds en ville car la cohabitation dans ces conditions risque de provoquer des couacs...


Pas plus d'accidents avec les double-sens cyclables

Toutefois, depuis l'autorisation des double-sens cyclables en juillet 2010, les chiffres ne montrent pas une hausse de l'accidentologie. Une étude statistitique est en cours par la Préfecture de police de Paris, mais dans d'autres villes où la mesure avait été expérimentée, ils ne sont pas alarmant.
A Illkirch-Graffenstaden (Alsace), par exemple, où la mesure est en place depuis 2003, sur la centaine d'accidents impliquant des vélos, pas un seul n'a été constaté dans une rue en double sens cyclable, conclut une étude du Centre d'étude sur les réseaux, les transports et l'urbanisme (Certu).

Le tourne-à-droite cycliste sera-t-il aussi peu dangereux ?

Nathalie Arensonas