L’ONCF et la SNCF collaborent, depuis 2009, dans la grande vitesse. Le 6 janvier 2015, les deux entreprises ont signé un accord pour créer une filiale commune. Cette joint-venture, baptisée la Société marocaine de maintenance des rames à grande vitesse, est détenue à 60% par l’ONCF et 40% par la SNCF. Cet accord prévoit un contrat de maintenance entre l’ONCF et la filiale pour une durée de 15 ans d’un montant de 175 millions d’euros.

Côté SNCF, l’accord signé comprend un contrat de prestations - réparation des pièces, assistance technique à distance et in situ, prestations d'ingénierie de maintenance et transport de pièces entre la France et Tanger. Le contrat porte sur une durée de 15 ans pour un montant de 90 millions d’euros, et prévoit un volet formation du personnel de la filiale. La SNCF va détacher une vingtaine d’experts de la SNCF au sein de la joint-venture. "Le partenariat noué avec l’ONCF est exemplaire de la vision de la coopération internationale portée par nos équipes : il s’agit de permettre aux entreprises ferroviaires de maîtriser les savoir-faire de SNCF grâce à une relation contractuelle confiante, équilibrée et durable", a commenté Guillaume Pepy dans un communiqué daté du 9 janvier 2015.

La SNCF et l’ONCF travaillent sur le projet de réalisation de la liaison à grande vitesse entre Tanger et Casablanca depuis 2009. En outre, l’entreprise française accompagne la modernisation du réseau ferré classique. Enfin, l’institut de formation aux métiers du ferroviaire, destinée à former des agents d’encadrement des deux sociétés, va ouvrir au mois d’avril 2015. La SNCF annonce, dans son communiqué, qu’elle a près de 200 millions d’euros de contrat en cours au Maroc.