A Bordeaux, le tramway continue de tisser sa toile. D’ici le printemps prochain, ce réseau comptera près de 15 km supplémentaires répartis sur les trois lignes. Les premières extensions seront mises en service le samedi 24 janvier 2015. La première (+3,6 km) sur la ligne A au départ de Mérignac jusqu’en limite des communes de Eysines et du Haillan, situées au nord ouest de l’agglomération. Avec cinq nouvelles stations, ce prolongement dessert un secteur d’habitat dense et franchit pour la première fois la rocade routière.

La seconde extension (+3,6 km) concerne la ligne C dans sa partie Nord. Quatre nouvelles stations ponctuent ce nouveau tronçon qui, lui aussi, traverse la rocade pour irriguer le secteur de Bordeaux- Berges du Lac où se trouvent l’éco-quartier Ginko, le parc des expositions et le nouveau stade en cours d’achèvement.

7 km de plus au printemps


Ce maillage s’étoffera au printemps prochain où de nouvelles extensions de lignes sont prévues. A cette période, la ligne B sera étendue de 3,6 km depuis Pessac jusqu’au carrefour de l’Alouette où sont implantés deux centres hospitaliers. Parallèlement, la ligne C se déploiera depuis Bègles jusqu’à la route de Toulouse pour desservir le nouveau lycée Vaclav Havel. Soit près de 4 km supplémentaires. Deux ans plus tard, cette ligne franchira une nouvelle fois la rocade en direction de Villenave-d’Ornon.

"Ces projets s’inscrivent dans la troisième phase de développement du tramway dont la stratégie vise à aller chercher les gens plus loin car les villes situées de l’autre côté de la rocade sont des centres de vie importants", a expliqué à MobiliCites Michel Labartin, vice-président de la métropole bordelaise, en charge des transports de demain. Cela contribuera également à désengorger la grande ceinture bordelaise et poursuivre le report modal. Notamment grâce aux trois nouveaux parcs relais construits à Mérignac, Haillan et à Pessac dotés au total de près de 590 places de stationnement.

Ces extensions représentent un coût d’investissement de 400 millions d’euros (HT) auxquels il faut ajouter près de 100 millions d’euros inhérents au renforcement de l’offre.

Six terminus partiels


Par ailleurs, six terminus partiels, construits dans les secteurs denses de Bordeaux seront mis en service. Ces infrastructures sont des voies de débranchement permettant le retournement des rames. "Dans les zones centrales, la fréquentation est très forte. Par contre, elle est moindre quand on s’en éloigne. Les terminus partiels permettent d’accroître la fréquence de passage et évitent aux tramways de desservir les extrémités de la ligne où les taux de charge sont moins élevés" précise l’élu.

Autrement dit, certaines rames n’assureront que des allers et retours dans les parties les plus denses. Cette organisation limite également l’acquisition de tramways supplémentaires qui auraient été nécessaires pour obtenir des fréquences équivalentes. Aujourd’hui, le parc se compose de 100 rames. Ce mode concentre 60% des 122 millions de voyages enregistrés par Keolis, renouvelé aux commandes du réseau TBC depuis le 1er janvier 2015.

77 km de tramway


La troisième phase de développement du réseau de tramway comprend également deux autres projets. Le premier consiste en la création d’une quatrième ligne de 10 km construite entre Bordeaux et les communes du Bouscat et d’Eysines. Un projet retoqué en octobre 2014 par le tribunal administratif. "Nous avons fait appel de cette décision et préparons un nouveau dossier pour relancer l’enquête publique", indique Michel Labartin. "Cette ligne, dont la mise en service était initialement programmée en 2017/2018 sera reportée de deux ans", affirme-t-il.

Autre projet en cours : la construction du tram/train du Médoc. Un axe structurant de 7 km, dont l’ouverture est également repoussée d’un an et demi pour des questions de sécurisation de passages à niveau. "Bien que la déclaration d’utilité publique ait été cassée, nous avons poursuivi les travaux de cette ligne car il n’était pas nécessaire de procéder à des expropriations". Avec ces deux projets, le réseau de tramway passera de 44 km à 77 km. "Ces extensions représentent un engagement budgétaire qui tourne autour du milliard d’euros, dont l’objectif est d’augmenter de +28% la fréquentation des transports publics", rappelle le vice-président de Bordeaux métropole.

Christine Cabiron


Les extensions des lignes du tramway de Bordeaux (cliquez pour agrandir)
...