2015, année du vélo, vœu pieu ou réalité ? Pierre Serne, président du Club des villes et territoires cyclables depuis septembre 2014, veut croire que les conditions sont réunies. Celui-ci a rappelé, lors d ‘une conférence de presse, que la France allait accueillir la conférence sur le climat en décembre prochain, une opportunité de plus pour faire toute sa place au vélo.

En tout cas, l’actualité récente va dans le bon sens selon l’association : tout d’abord, le ministre de l’Intérieur a annoncé, le 26 janvier 2015, dont des dispositions qui visent à une meilleure sécurité des piétons et des cyclistes comme la question du surteintage des vitres avant des véhicules. La précision de la réglementation doit permettre de garantir le bon contrôle de certains comportements dangereux (utilisation du téléphone au volant, non port de la ceinture de sécurité ...)

Ensuite, , voté en première lecture à l’Assemblée en octobre 2014, institue l’indemnité kilométrique vélo. Pierre Serne a souligné que l’indemnité kilométrique avait été votée contre l’avis du gouvernement via un amendement, et a rappelé l’importance du Club des parlementaires pour le vélo qui rassemble une centaine de députés et sénateurs de toutes couleurs politiques.
Le Club des villes et territoires cyclables plaide pour que les incitations fiscales (art.9bis A et 13bis A) soient maintenues. Il s’agit de l’exonération de cotisations sociales sur l’indemnité kilométrique versée par les entreprises et d’une réduction d’impôt sur les sociétés pour celles qui mettent des vélos à disposition de leurs salariés.`

Des motifs d'inquiétude

Néanmoins, il reste du chemin à parcourir. Le Club des villes et territoires cyclables demande que toutes les mesures du lancé en mars 2014 soient mises en œuvre. L’association demande, en particulier, que la mesure relative à la cohabitation avec les véhicules à grand gabarit (n°11) soit appliquée en 2015 à défaut de l’avoir été l’année dernière comme prévu. Il s’agit de former les chauffeurs de véhicules lourds sur les risques d’angle mort.

De plus, l’association craint que les baisses de dotations de l’Etat aux collectivités locales se fassent au détriment des investissements dans les aménagements cyclables, indispensables, selon elle, pour encourager le report modal. "Sans parcours sécurisés, la politique en faveur d’un changement de comportement sera inutile", a insisté Pierre Serne.

Un soutien de l'État

Celui qui est également vice-président de la région Ile-de-France chargé des transports et de la mobilité et du Stif, a souligné que le Club avait obtenu que le vélo soit inclus dans les contrats de projets État-région (CPER) qui servent, habituellement, à financer des infrastructures ferroviaires et routières. Ainsi, la région Ile-de-France, qui doit signer le CPER le 12 février 2015, a prévu une ligne de dix millions d’euros pour financer , le réseau de quatorze itinéraires cyclables ou véloroutes de longue distance à travers l’Europe.
Autre bonne nouvelle, la première formation d’éducateur mobilité à vélo sera lancée en mars 2015. Ces professionnels auront vocation à former la population, et en particulier, les salariés à cette forme de mobilité oubliée...

Enfin, Pierre Serne a annoncé que l’association allait accompagner les collectivités en lançant le programme "Innover pour le vélo" en partenariat avec la (Fondation internet nouvelle génération) afin "d’explorer le potentiel d’invention de nouveaux services, de développement économique et de création d’emplois qui pouvant être généré grâce à la montée en puissance de l’écosystème vélo".

Florence Guernalec