Comme c'est déjà le cas dans le transport aérien ou ferroviaire, les droits des passagers en autocar vont être renforcés en Europe.
Si un autocar subit un retard d'au moins deux heures ou une annulation sur un trajet de plus de 250 kilomètres, les voyageurs pourront obtenir un remboursement, et une compensation d'au moins 50% du prix du billet.
Et en cas d'immobilisation de l'autocar, le transporteur sera obligé de leur fournir une assistance ainsi qu'un hébergement (80 euros maximum par nuit).

Les eurodéputés et les ministres européens des Transports sont en effet tombés d'accord le 30 novembre 2010 sur le projet de directive européenne concernant les droits des passagers européens de bus et d'autocar.
Ce compromis entre les Vingt-Sept devrait être approuvé en séance plénière du Parlement européen lors de sa session de décembre 2010, puis définitivement ratifié par les ministres européens.


1200 euros pour un bagage perdu, 220 000 en cas de décès

Tout bagage perdu devra être compensé à hauteur de 1200 euros maximum. Et les eurodéputés n’ont pas cédé sur les compensations en cas de décès ou de lésions corporelles : 220 000 euros par passager.

La directive européenne garantit par ailleurs l'accès des personnes handicapées ou à mobilité réduite. Celles-ci ne pourront pas être refusées à bord d'un autocar, ou être soumises à un supplément tarifaire.


La FNTV aurait préféré 500 km

Dans un communiqué, la Fédération nationale des transports de voyageurs estime avoir été entendue : "Au terme d'un long lobbying français et européen, la FNTV prend acte de la reprise d'un certain nombre de propositions qu'elle souhaitait voir défendre par la représentation française (...) Cependant, comme tout texte de compromis, a indiqué Brian Simpson, président de la Commission des transports et du tourisme du Parlement Européen, à la délégation de la FNTV, il ne peut satisfaire totalement les deux parties".

"Sur certains points en effet, ils ont alourdi la facture, le tarif de compensation des bagages perdus par exemple. Et nous aurions préféré un périmètre de 500 km car ce texte va immanquablement impacter les futures lignes express en autocar" analyse Eric Ritter, secrétaire général de la FNTV.
Bref, les autocaristes estiment avoir réussi à limiter les dégats.

Nathalie Arensonas