Aujourd'hui, la Défense est le paradis des piétons. Les vélos y sont interdits. Mais les distances sont parfois longues sur cet espace de plus d'un kilomètre de long entre la Grande Arche et la station de métro Esplanade. Sur les 30 hectares du plus grand quartier d'affaires européens déambulent chaque jour des milliers de piétons, des salariés mais aussi des touristes (2 millions par an).

Defacto, l’Établissement public de gestion, de promotion et d’animation de La Défense et la Communauté d’Agglomération Seine-Défense vont lancer une expérimentation visant à y autoriser et à tester la circulation des vélos. Elle se déroulera entre le 13 avril et le 13 septembre 2015.

Du fait de l’extrême densité des circulations piétonnes aux heures de pointe et du revêtement spécifique de La Défense (revêtement constitué de dalles indépendantes), l’autorisation des vélos est encadrée par la création d’un statut d’aire piétonne au sens où l’entend le Code de la route. Les cyclistes y sont autorisés mais à la vitesse du pas, et le piéton est toujours prioritaire, explique un communiqué.

Comédien de rue

Pour rendre la cohabitation la plus harmonieuse possible entre piétons et cyclistes, Defacto va lancer dès avril une campagne de communication spécifique. Des comédiens sensibiliseront notamment les cyclistes et les piétons sur les nouveaux comportements à adopter à La Défense : priorité aux piétons, vitesse limitée au pas, interdiction d’utiliser les escaliers mécaniques et ascenseurs pour accéder au site...

Cette expérimentation de cinq mois permettra de dresser un bilan qui débouchera sur la décision d’autoriser de manière pérenne ou non, la circulation du vélo dans le quartier d’affaires, indique le communiqué.

Robert Viennet