Pour la première fois depuis sa création en 2009, l’Association française du rail (Afra), qui rassemble aujourd'hui la plupart des entreprises ferroviaires alternatives à la SNCF (1), va être présidée par un représentant du secteur des voyageurs et non de fret.

Albert Alday, le directeur général de Thello (30 % Transdev, 70 % Trenitalia) a en effet été élu fin mars président de l’Afra pour un mandat qui débute le 1er avril 2015. "L'Afra a vécu une première mi-temps intéressante pour le fret. Je vais faire en sorte que la seconde mi-temps du match, c'est à dire les années à venir, soit un peu plus animée pour les voyageurs", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse le 27 mars 2015. 

Un lobby contre le monopole

Le directeur général de Thello espère que la mission Duron sur l'avenir des TET et des trains de nuit va ouvrir la porte à une expérimentation de gestion alternative à celle de la SNCF. L'Afra ne désespère pas non plus que l'Etat assouplisse ses positions sur le monopole de la SNCF pour les TER. 

Albert Alday succède ainsi à Alain Thauvette, le président d'Euro Cargo Rail (ECR), filiale fret de la DB. Depuis la création du lobby des concurrents de la SNCF, le Québecois a assuré deux mandats de trois ans à la tête de l'association. "Transdev [via Thello, NDLR] n’était pas prêt il y a trois ans, a-t-il indiqué, maintenant il est devenu le premier opérateur de trains de voyageurs en open access en France."

Des causes communes

"Notre association est devenue crédible et respectée, continue Alain Thauvette. Elle n'a pas la même taille, ni la même fonction que l'UTP qui négocie la future convention collective du rail. Mais, elle permet de faire progresser notre secteur. Nous ne sommes pas toujours opposés à la SNCF. ECR, Europorte et la SNCF ont, par exemple, signé un courrier commun envoyé à l'État sur la nécessité de sauver le réseau capillaire." Autre préoccupation commune à l'opérateur historique, l'inquiétude liée à la disparition en 2016 de la subvention que l'État verse à SNCF Réseau pour contenir les tarifs des sillons. L'exécutif a engagé une réflexion pour éviter un effet brutal. 

Des divergences irréconciliables 

Reste que sur la prochaine convention collective, public et privé s'opposent. "A la SNCF, les conducteurs ont 25 jours de congés auxquels se sont ajoutés 28 jours liés aux 35 heures, ajoute le patron d'ECR. Chez les nouveaux opérateurs qui n'ont pas pris le même chemin, le nombre de congés est de 28 jours et si on devait nous imposer d'autres règles du jeu, ce serait économiquement impossible."

Depuis la libéralisation du fret ferroviaire en France en 2003, devenue effective en 2005 avec le démarrage de Veolia Cargo, les membres de l'Afra revendiquent 26,9 % du trafic (chiffre 2013). Si on ajoute VFLI, filiale de droit privée de la SNCF, mais qui n'adhère pas à l'association, les opérateurs alternatifs à Fret SNCF totalisent 36 % du trafic. La santé du secteur est fragile, la quasi totalité des entreprises ferroviaires du fret ont été dans le rouge en 2014.

Marc Fressoz 

(1) L'Afra regroupe pour le secteur des voyageur Arriva, CFTA, Thello, Transdev et Trenitalia et pour le fret Colas rail, ETF Services, ECR, Europorte, OSR France, Trenitalia T3M, OFP Atlantique. Et Vossloh pour les constructeurs de matériel ferroviaire.