Avnt sa mise en service commercial mardi 7 décembre, le premier train remis à neuf de la ligne B du RER, le "MI79", avait été présenté la veille, lors d'un voyage inaugural. Avec à son bord Jean-Paul Huchon, président de la Région et du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), le patron de la RATP Pierre Mongin, et Guillaume Pepy, son homologue à la SNCF.
 
En 2011, entre 30 et 40 rames new look seront mises en circulation, dont une dizaine au premier semestre. Puis une quarantaine en 2012. Et d'ici à 2014, les 119 rames MI79 seront toutes remises à neuf.
Les trains du RER B datent de 1977, date d'ouverture de la ligne, et appartiennent conjointement à la RATP et la SNCF, les deux co-exploitants.

Cette cure de jouvence de 317 millions d'euros (financés à 50% par le Stif et à 50% par la RATP-SNCF) devrait améliorer les conditions de transport des 860 000 voyageurs quotidiens de la ligne, la deuxième pour son trafic après celle du RER A. Mais la plus irrégulière du réseau RER.


RER B+


Près d'un train sur cinq accuse en effet régulièrement du retard. Au nord de la ligne, pour fluidifier le trafic sur vers l'aéroport Charles de Gaulle, les nouvelles rames auront leur voie dédiée en 2012. C'est le programme RER B + dont le coût, 265 millions d'euros, est financé par l'Etat, RFF, la Région et le Stif.

A l'intérieur des rames, pour faciliter les déplacements, les cloisons intérieures ont été supprimées. Les MI79 sont équipées de nouveaux sièges, de la climatisation, de dispositifs d'information en temps réel à bord (plans de ligne lumineux, annonces sonores automatiques) et de 24 caméras de vidéosurveillance par rame.
La nouvelle livrée extérieure associe le vert jade de la RATP, le rouge Carmillon SNCF et le "vif argent" du Stif, l'autorité organisatrice des transports franciliens.

Pour voir la vidéo,

Nathalie Arensonas