Cet été, entre le 25 juillet 2015 et le 23 août, la ligne A du RER, la plus chargée du réseau francilien avec un million de voyageurs par jour, sera totalement interrompue entre La Défense et Auber. Dans cette perspective, la RATP va mobiliser quelques centaines de bus pour remplacer ce chaînon manquant de son réseau et renforcer l'offre sur certaines lignes de métro voisines. Pour compléter ce dispositif, elle vient de nouer un partenariat avec la société de covoiturage Sharette. L'idée étant d'intégrer les offres de cette start-up spécialisée dans le covoiturage de courte distance, dans le calculateur d'itinéraires de la RATP.

"Cette initiative vient d'une double réflexion. D'une part nous devons apporter une réponse ponctuelle à la fermeture de la ligne A et, d'autre part nous souhaitons compléter notre offre de mobilité pour offrir à nos voyageurs des solutions de porte à porte", explique Stéphanie Bourgeais, responsable marketing et projets à la RATP.

Le domicile travail : futur marché du covoiturage


Si le choix de la régie s'est porté sur Sharette, c'est que cette jeune pousse, créée en 2013, s'est positionnée d'entrée sur le marché des courtes distances en proposant de combiner le covoiturage avec une partie du trajet réalisé en transport en commun (le dossier que Transport Public a consacré aux start-up en septembre 2014). Son calculateur récupère en open data les données de la SNCF, de la RATP et des autres transports franciliens. Sharette fonctionne pour l'instant avec des communautés fermées comme les campus universitaires et les entreprises. L'enjeu pour la jeune entreprise est maintenant de s'ouvrir au grand public grâce à ce premier partenariat avec la RATP sur le RER A.

"En intégrant l'offre de sharette dans l'appli RATP, nous proposons un service de mobilité supplémentaire à nos clients. Dans le cas de trajets complexes, le covoiturage peut être pertinent", explique Stéphanie Bourgeais. Coût unique pour les utilisateurs quelle que soit la distance de 2 euros, auxquels il faut bien sûr ajouter l'éventuel trajet en transport en commun.

La SNCF-Transilien qui devra également faire face à la fermeture estivale de la ligne C du RER pendant la même période a noué un partenariat du même type avec iDVROOM, filiale du groupe SNCF.

Peu à peu le covoiturage devient complémentaire du transport public.

Robert Viennet