Miser sur l'hybride finit par payer. Le constructeur Volvo, qui a choisi de retirer de son catalogue européen les autobus à motorisation 100% diesel depuis janvier 2014, annonce avoir franchi au deuxième trimestre 2015 la barre des 2000 bus hybrides commercialisés dans le monde.

"Volvo Bus a aujourd’hui vendu plus de 2000 autobus hybrides dans une vingtaine de pays depuis leur lancement en 2010", a indiqué le groupe le 4 mai 2015, ce qui correspond en moyenne à 400 exemplaires placés par an.

En fait, le gros des ventes d'autobus hybrides se concentrent sur une petite dizaine de pays. Ils sont situés soit dans le nord de l'Europe, soit en Amérique du sud :

Royaume Uni : 808 exemplaires
Colombie : 475
Suède : 171
Norvège : 106
Allemagne : 100
Brésil : 90
Suisse : 79
Espagne : 66

Le groupe précise également avoir vendu 5000 véhicules à motorisations alternatives (hydbrides mais aussi tout électrique) sous les marques Volvo, Sunwin et Nova.

Le constructeur revendique la position de leader sur le marché thermique-électrique alors que la plupart des concurrents se sont peu à peu placés sur ce créneau pour répondre à la demande des collectivités soucieuses de réduire l'émission de gaz à effet de serre et de particules fines.
Il s'agit pour ces autorités organisatrices d'un palier à franchir avant le passage au tout électrique. Ainsi la RATP a par exemple passé commande pour Paris de 1000 bus hybrides à plusieurs constructeurs en 2014 pour se préparer à l'étape suivante. 

MF