Faiveley Transport ne connaît pas la crise. L'équipementier français a connu une croissance de son carnet de commandes de 13% sur l'exercice 2014-2015, soit un chiffre record d'1,9 milliard d'euros au 31 mars 2015. Cela concerne aussi bien les activités de première monte que les activités de services, a annoncé Stéphane Rambaud-Measson, président du directoire et directeur général de Faiveley Transport lors de la présentation des résultats annuels de l'équipementier le 28 mai 2015.

L'entreprise franchit pour la première fois la barre du milliard d'euros de chiffre d'affaires (CA) durant l'exercice 2014-2015 arrêté au 31 mars (+9,5%). Toutes les zones d'activité sont en progression :
- l'Europe (+6,5%), 61% de son CA ;
- l'Asie-Pacifique (+6,5%), 22% du CA ;
- les Amériques (+14,4%), 16% du CA

Une marge à 24% du CA

Le résultat opérationnel Groupe (incluant la quote-part de résultat net dans les co-entreprises) est en progression de 8,7%, à 95,3 millions d’euros (9,1% du CA) au 31 mars 2015, contre 87,6 millions d’euros (9,2%) pour l’exercice 2013-14 retraité. La marge brute s’élève à 254,4 millions d’euros (24,3% du CA), contre 227,0 millions d’euros au cours de l’exercice 2013-14 retraité (23,7% du CA retraité).

La création de valeur en tête

Stéphane Rambaud-Measson et Guillaume Bouhours, membre du directoire et DAF, ont présenté dans la foulée le plan stratégique de Faiveley Transport à horizon trois ans, "Creating value 2018". L'objectif ? Devenir l'un des leaders mondiaux de la fourniture de systèmes d'équipements ferroviaires. Pour y parvenir, ce plan est axé autour de cinq piliers : renforcer l'implantation industrielle et l'organisation, viser l'excellence opérationnelle, investir dans l'innovation produits et systèmes, concentrer et dynamiser les actions commerciales, et créer une culture commune et développer les talents.

Faiveley va renforcer ses bases de production et d'achats dans des zones à bas coûts. L'entreprise prévoit ainsi de développer son implantation industrielle existante en Inde et d'investir dans un tout nouveau site industriel en République tchèque pour ses activités d'assemblage de pantographes dans un premier temps, puis l'assemblage d'équipements de freinage, de coupleurs et de portes.

Une division Chine

Côté organisation, Faiveley va créer une division Chine avec sa direction propre "afin d’assurer une adaptation complète au marché chinois en termes de réactivité, de produits, de coûts et de demandes spécifiques des clients chinois", explique l'équipementier.

L'entreprise va concentrer ses efforts d'innovation sur l'efficacité énergétique et la réduction des masses embarquées, la fiabilité et la disponibilité des systèmes, la réduction des coûts de première monte ainsi que l'optimisation des coûts complets de possession pour les opérateurs.

Quatre zones prioritaires

Faiveley a identifié quatre zones prioritaires pour développer ses actions commerciales : la Chine, l'Inde, l'Amérique du Nord et l'Europe de l'Ouest qui reste le cœur de marché du groupe et prioritaire "en raison de sa taille mais également en raison de la localisation en Europe des équipes de conception des grands constructeurs, y compris pour les marchés émergents (Moyen-Orient, Asie du Sud-Est...)", explique Faiveley. L'entreprise va également poursuivre et accélérer son offre de services et pourra recourir à de la croissance externe.

Avec la mise en place de ce plan stratégique, Faiveley Transport se fixe un objectif de chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros sur l'exercice 2017-2018, soit une progression comprise entre 0,5% et 3% la première année et de 4% en moyenne les deux dernières.

Florence Guernalec