Avocats, lobbyistes, communicants… Doté de moyens financiers considérables, Uber veut mettre tous les atouts de son côté pour tenter d’imposer son modèle auprès des pouvoirs publics en pesant sur la réglementation et la législation par le passage en force ou la persuasion.

La start-up américaine vient ainsi de recruter comme directeur de la communication France, Grégoire Kopp, conseiller presse du secrétaire d’État aux Transports. Celui-ci est un fidèle d'Alain Vidalies pour avoir travaillé avec lui sous le gouvernement Ayrault aux relations avec le Parlement. Premier effet, l'ex-conseiller gouvernemental ne a désormais plus contre Uber comme il pouvait le faire mais en faveur de la start-up ! 

Un transfert avec réserve

Le futur dir' com' France doit quitter le secrétaire d’État dans les prochains jours après avoir saisi voici trois semaines la commission de déontologie chargée d'évaluer le risque de conflit d'intérêts, et obtenu son feu vert. Celle-ci a, en effet, autorisé ce transfert vers le privé avec une réserve : Grégoire Kopp ne doit plus entretenir durant trois ans de relations professionnelles avec les membres du cabinet du secrétaire d'État qui seraient encore en fonction à l'époque où lui-même en faisait partie (soit de septembre 2014 à aujourd'hui).

Des réserves de même ordre - un peu jésuites - avaient été posées dans des cas semblables relevant de la porosité entre le ministère des Transports et des entreprises directement impactées par les décisions politiques. Il s'agissait alors des conseillers de l'ex-secrétaire d'État aux Transports, Frédéric Cuvillier : Jean-Marc Ambrosini, conseiller social devenu DRH de la SNCF, et de Jérôme Martin, chef de cabinet qui travaille auprès de la branche marchandise du même groupe.

Le carnet d’adresses du futur ex-conseiller presse auprès des journalistes et sa connaissance de l’administration ne constituent pas les seuls atouts aux yeux de son recruteur, ennemi des taxis. Grégoire Kopp, juriste de formation, est spécialisé en droit de la concurrence et est également passé par une association de consommateurs. Il retrouvera son ancien responsable de l'agence de communication TBWA, Thomas Meister, directeur de la communication d'Uber pour l'Europe. Reste que sur Internet, la polémique fait rage sur ce transfert.

Un cabinet renouvelé

A Roquelaure, il est remplacé à la presse par Aymeric Chassaing venu du cabinet du porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Un poste de chargée de mission est par ailleurs créé dans le cabinet Vidalies et doit être occupé par Justine Léger.

Ce mouvement parachève la recomposition du cabinet d’Alain Vidalies qui a dû renouveler ses équipes après deux précédents départs importants. Ainsi, Claude Morel, ex-préfet des Landes - département où Alain Vidalies est élu - est le nouveau directeur de cabinet. Il remplace Véronique Hamayon partie à la Cour des comptes.

Au même moment, Marc Borel, directeur de cabinet adjoint a été nommé au sein de la direction générale de l'aviation civile (DGAC) pour diriger la direction du Transport aérien (DTA), poste qu'il attendait. C'est un membre du cabinet Vidalies, Cyril Forget - jusqu'alors conseiller budgétaire - qui occupe à présent la fonction.

Marc Fressoz