Le premier coup de pioche de la liaison express Cornavin-Eaux-vives-Annemasse (Ceva) a été donné le 15 novembre 2011. Les travaux ont commencé le 19 mai 2015 côté français. La nouvelle ligne qui reliera Genève à Annemasse en vingt minutes devrait ouvrir en 2019 pour desservir un bassin de population de 900 000 habitants et 400 000 emplois. Chaque jour, un demi-million de personnes traverse la frontière.

Parallèlement, la région Rhône-Alpes a annoncé, le 11 juin 2015, avoir commandé 17 Regiolis d'Alstom destinés à ce RER franco-valodo-genevois. Ces rames seront financées "à 100% par la région Rhône-Alpes" pour 220 millions d'euros, "auxquels s'ajoutent les 55 millions d'euros déjà investis sur l'infrastructure", selon la région. Côté suisse, ce sont 23 rames Stadler qui ont été retenues. Les trains Alstom et Stadler circuleront des deux côtés de la frontière.

La liaison express régionale d’une longueur totale de 16 kilomètres dont 14 sur territoire suisse, comprendra cinq nouvelles gares : Lancy-Pont-Rouge, Carouge-Bachet, Champel-Hôpital, gare des Eaux-Vives et Chêne-Bourg. Il est prévu de faire circuler jusqu'à six trains/heure entre Genève et Annemasse avec une large amplitude horaire (entre 5h00 et 1h00 du matin).

En se connectant aux réseaux CFF et SNCF, cette liaison va permettre la création d’un réseau régional de 230 kilomètres. Ainsi, la nouvelle ligne aura un impact côté suisse jusqu'à Lausanne ; côté français, jusqu'à Bellegarde-sur-Valserine (Ain) ou Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie).

Florence Guernalec (avec AFP)