La polémique déclenchée par l'acteur Jean-Hugues Anglade est un peu retombée. En effet, le comédien présent avec sa famille dans le Thalys qui a été attaqué le 21 août 2015, avait mis en cause le personnel de bord, lui reprochant d'avoir abandonné les passagers et de ne pas les avoir mis à l'abri dans le compartiment réservé aux bagages. Or, il s'avère que les personnes mises en cause par le comédien, appartiennent au personnel de restauration qui sont des salariés de son sous-traitant qui gèrent l'espace bar.

Une version différente

La directrice générale de Thalys, Agnès Ogier, se défend d'un abandon de poste du personnel de bord. "Un de nos agents a senti une balle siffler. Il a directement pris cinq ou six clients pour se réfugier dans ce qu’on appelle le fourgon, un espace de travail fermé que nos agents peuvent ouvrir à l’aide d’une clé dans la rame de queue, à l’arrière du train. Ensuite, c’est la procédure d’urgence qui s’est enclenchée", explique-t-elle dans du 22 août 2015.

Un contrôleur témoigne

La suite, c'est Michel Bruet, l'un des contrôleurs du Thalys qui l'a racontée sur . Il affirme, en effet, s'être empressé de tirer le signal d'alarme et d'avertir les secours. "J'ai pris avec le conducteur pour lui dire ce qui se passait à bord de mon train. J'ai pris avec ma direction pour qu'on puisse prêter assistance, surtout aux blessés. L'homme étant maîtrisé, j'ai demandé des secours", explique Michel Bruet.

Enfin, le contrôleur assure avoir ensuite parcouru "plusieurs fois" le train avant l'arrivée à Arras, tentant de rassurer les voyageurs sans leur donner de détails pour ne pas les paniquer. "Le mouvement de panique du personnel de restauration n'a pas grand chose à voir avec le personnel de contrôle. Je ne sais pas pourquoi M. Anglade a cette attitude vis-à-vis du personnel Thalys, a-t-il ajouté sur France Info.

Des critiques atténuées

Après une rencontre dimanche avec le président de la SNCF Guillaume Pepy et Agnès Ogier, l'acteur précise dans une déclaration conjointe que son témoignage "ne constitue pas un jugement de valeur sur tous les personnels de Thalys ou SNCF présents ce jour-là" et que "le contrôleur français et l'autre employé de Thalys présents dans la voiture où a eu lieu l'attentat, ont fait preuve (...) d'un comportement héroïque". Toutefois, la SNCF a assuré que son témoignage serait pris en compte dans l'enquête interne menée par Thalys. Agnès Ogier a précisé que "toutes les personnes concernées sont entendues pour expliquer leur comportement pendant le drame".

Florence Guernalec