Les "résultats sont en ligne avec le Plan moyen terme de l'entreprise", annonce la RATP dans un communiqué. Le chiffre d'affaires au 30 juin 2015 atteint 2,82 milliard d'euros, soit une hausse de 5,6% par rapport à la même période l'année précédente. L'EBIT récurrent (bénéfice avant intérêts et impôts) s'élève à 304 millions d'euros et le résultat net part du groupe récurrent à 200 millions d'euros (+9%). La RATP affiche une capacité d'autofinancement de 534 millions d'euros au premier semestre 2015.

Les filiales de la RATP enregistrent un chiffre d'affaires de 569 millions d'euros (+25%) et représentent désormais 20% du chiffre d'affaires du groupe. En France, RATP Dev est notamment devenue actionnaire exclusif de l'Open Tour Paris et a remporté les appels d'offres de Valenciennes et Aix-les-Bains.

L'international au beau fixe

A l'international, la croissance de la RATP s'explique notamment par les opérations réalisées en 2014 dans le secteur du sightseeing (acquisitions de London Sovereign et de The Original Tour à Londres, mise en service de Open Loop à New York) mais aussi le contrat remporté pour apporter son expertise à l’exploitation et la maintenance de la ligne 1 du métro de Manille.

En outre, RATP Dev a lancé, en avril 2015, la mise en place du futur réseau de bus à Riyad. En juin, l'entreprise a signé un partenariat stratégique avec Lakhraim Group pour créer une joint-venture ciblant certains des plus gros projets de transport aux Emirats Arabes Unis.

Les autres filiales sont également en croissance à l'image de Systra, entreprise d’ingénierie commune entre la RATP et la SNCF, qui revendique un portefeuille de commandes supérieur à 1,1 milliard d’euros. Elle a notamment enregistré, au premier semestre, la signature des contrats pour le Canal de Suez, le tramway de Lusail (Qatar), la ligne ferroviaire Awash-Weldiya (Ethiopie) et le métro de Médine (Arabie Saoudite).

Poursuite des efforts d'investissement en Île-de-France

En Ile-de-France, les investissements sont en hausse de 33% au premier semestre 2015 par rapport à la même période l'année dernière, à 782 millions d'euros dont:
- 269 millions d'euros pour la modernisation des infrastructures et des équipements existants ;
- 292 millions pour le renouvellement et la rénovation du matériel ;
- 221 millions pour l’accroissement de la capacité de transport

Le trafic voyageurs enregistre une hausse de 1,1% avec 1,7 milliard de voyages sur le semestre malgré les attentats du mois de janvier qui ont impacté durablement le trafic du réseau ferré au premier trimestre. Quid de l'impact de l'entrée en vigueur du passe Navigo unique au 1er septembre ? La RATP ne se prononce pas.

La fréquentation des réseaux s’est redressée au deuxième trimestre, principalement sous l’impulsion du réseau de surface. En particulier, le réseau de tramway affiche une forte hausse, liée notamment aux mises en service des tramways T6 et T8 fin 2014, mais également des mises en service des années précédentes (prolongements des tramways T1, T2, T3 et création des tramways T5 et T7).

Le premier semestre a également été marqué par l’accélération du plan Bus 2025 qui prévoit le basculement progressif vers un parc de bus 100% écologique à l’horizon 2025 (80% de bus électriques et 20% de bus à biogaz). 523 bus hybrides ont d’ores et déjà été commandés, avec l’aide du Stif, et 51 bus hybrides seront en circulation au 1er septembre 2015.

Et de conclure : "Au second semestre 2015, la RATP poursuivra une ambitieuse politique d’investissements sur le réseau francilien, et sera un acteur particulièrement engagé de la COP 21. A cette occasion, la RATP entend réaffirmer sa volonté d’être une référence mondiale en matière de transition énergétique et de mobilité durable."

Florence Guernalec