Ce prêt de la Banque européenne d'investissement (BEI) annoncé le 10 janvier 2011 par Vincent Bolloré (à gauche sur la photo), doit permettre le développement d'une nouvelle génération de batteries lithium-métal-polymère destinées aux véhicules électriques.

Il doit aussi permettre de financer les investissements d'IER, la filiale du groupe spécialisée dans les solutions de gestion des flux de personnes : systèmes d'identification automatique, péages, enregistrement et traçabilité, contrôle des passagers dans les aéroports et les gares.


1 milliard d'euros pour les batteries

Depuis 2006, Bolloré a investi 1,5 milliard d'euros en Recherche & Développement pour le véhicule électrique, dont un milliard pour les batteries , celles qui alimenteront le Microbus (voir l'encadré).

C'est la première fois que Bolloré obtient un prêt de l'institution financière européenne. Il intervient alors que le groupe a été retenu mi-décembre 2010 par la mairie de Paris pour la mise en place et l'exploitation des futures voitures électriques en libre-service Autolib" en Ile-de-France, sur le modèle des Vélib'
Le challenge n'est pas mince : 3 000 voitures électriques, 1 000 stations dont 700 à Paris, à l'horizon 2012 et 2016 (lire l'article "Bolloré a dix mois pour relever le challenge Autolib'").

N. Arensonas