L’accord de branche en vigueur depuis janvier 2010 devait être révisé pour tenir compte de la réforme du régime de la formation professionnelle inscrite dans . Ainsi, au terme de dix mois de négociations, l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP) et cinq organisations syndicales représentatives du transport public urbain - CFE-CGC, CFTC, FO, SNTU-CFDT et UNSA - ont signé un nouvel accord. Seule la CGT s'y est opposée.

L'apprentissage revalorisé
 
Le texte établit les priorités du secteur dans le domaine de la formation professionnelle, en particulier celui de l’apprentissage et de la professionnalisation. Une revalorisation des rémunérations des apprentis et des personnes en contrat de professionnalisation est ainsi prévue. Les salaires se positionneront au-dessus des minimums légaux.
 
Les entreprises accorderont également des priorités à l’embauche aux apprentis et personnes en contrat de professionnalisation. Rappelons que dans le pacte de responsabilité signé le 12 novembre 2014, les partenaires sociaux s’étaient déjà engagés à développer le recours à l’alternance, se fixant pour objectif de recruter 380 alternants chaque année d’ici à 2017.
 
L'accord signé comporte également des dispositions, qui mettent en œuvre le compte personnel de formation (en remplacement du DIF) et le nouvel entretien professionnel, ce dernier apportant un certain nombre de garanties aux salariés. La loi du 5 mars 2014 prévoit, en effet, que le salarié "bénéficie tous les deux ans d'un entretien professionnel avec son employeur consacré à ses perspectives d'évolution professionnelle, notamment en termes de qualifications et d'emploi".

L'emploi en tête

Cet accord confirme aussi l’obligation des entreprises du secteur à verser 0,3 % de leur masse salariale afin de financer, pour leurs salariés, des formations liées à la gestion des situations conflictuelles et à la sécurité des personnes et des biens.
 
Dans un communiqué, l'UTP qualifie cet accord d'"ambitieux" et se félicite des orientations retenues : "par la mise en place de ce nouveau texte relatif à la formation professionnelle, l'UTP et les organisations syndicales signataires confirment leur préoccupation constante en faveur de l'emploi".

Florence Guernalec