Depuis 2007, les gares RER de la Plaine-Saint-Denis accueillent 40% de voyageurs supplémentaires. La Commission 3T (trajets, trafics, temporalités) créée sous l'égide de l'association Plaine Commune Promotion avec le concours de SNCF Transilien, a pour objectif de trouver les leviers pour modifier la demande de transport afin de fluidifier les déplacements et alléger la saturation.

Un challenge décalé
 
Parmi les leviers possibles figure le travail en horaires décalés. Un challenge proposé par la Commission 3T et Transway, PME spécialisée dans l'écomobilité. L'expérience se déroule en deux étapes : une première "semaine blanche" du 9 au 15 novembre 2015 où les participants ne changent rien à leurs habitudes afin d'établir un comparatif des horaires d'arrivée avec la phase incitative. Pour la seconde étape, du 16 novembre au 4 décembre, les participants qui arrivent avant 8h15 et après 9h15, cumulent des points en fonction de l'heure à laquelle ils valideront leur passe Navigo.
 
Les points cumulés vont servir à alimenter une cagnotte au profit de la Maison du vélo associative et solidaire de Plaine Commune, Bicyclo. Les salariés ayant engrangé le plus de points gagnent des récompenses individuelles. Parmi les entreprises paricipantes, figurent la SNCF, Orange Business Services, Generali ou encore le Crédit Agricole d'IDF.
 
Pour y participer, il suffit de s'inscrire sur le site , de voyager vers les gares La Plaine Stade de France (ligne B) ou Stade de France Saint-Denis (ligne D) et de valider son passe Navigo en dehors de l'heure de pointe du matin à l'arrivée dans ces deux gares.
 
Une souplesse en pratique

Ce challenge décalé intervient après une enquête réalisée par Ipsos en avril 2015 auprès de 3 500 salariés de la Plaine-Saint-Denis. Cette étude a montré qu'une majorité d'entre eux a la possibilité de décaler ses horaires de travail : 70% ont déclaré  qu'ils pourraient avancer ou retarder d'un quart d'heure leur horaire d'arrivée habituel et plus de 50% d'entre eux ont déclaré pouvoir le faire jusqu'à 30 minutes sans que cela leur pose de gêne particulière. Pour autant, ces salariés n'ont pas pris l'habitude de travailler en horaires décalés et il fallait donc les inciter à passer à l'acte via ce challenge.
 
Face à la saturation des transports publics aux heures de pointes, plusieurs mégapoles ont déployé des stratégies différentes pour inciter les usagers à décaler leurs déplacements : gratuité ou baisse des prix en dehors des heures de pointes, appli mobile pour choisir le train qui a des places assises à l'exemple de Tranquilien, changement d'itinéraire... Ces leviers sont rassemblés dans le diaporama .

Florence Guernalec