Un profil peu commun. L'un des kamikazes qui s'est fait exploser au Bataclan, Samy Amimour, avait été chauffeur de bus à la RATP durant 15 mois avant de démissionner en 2012. Interrogée dans le cadre d'un point presse sur la sécurité dans les transports en Ile-de-France, Elisabeth Borne a répondu qu'il fallait "faire très attention à tous les amalgames qu'on peut entendre". La PDG de la RATP a rappelé que l'entreprise était "un des premiers employeurs d'Ile-de-France" et qu'"elle recrute à l'image des quartiers qu'elle dessert".
 
"Pour autant, on est une entreprise publique de service public et dans les contrat de travail de nos agents, il y a une clause très claire sur l'obligation de laïcité", a-t-elle rappelé. Cette clause de laïcité-neutralité a été introduite en 2005. Depuis 2013, l'entreprise s'est également dotée d'un code de conduite et met à disposition de ses managers un guide. "Depuis que je suis arrivée (en mai 2015, ndlr), on ne m'a signalé aucun écart par rapport à ce code de conduite et s'il devait y en avoir, tout ce qui est sanctionnable sera sanctionné", a-t-elle assuré.
 
De l'histoire ancienne ?
 
Néanmoins, un article du Parisien du 17 novembre 2015 et intitulé "", décrit une multiplication d'incidents liés à la religion, principalement parmi les 17 000 conducteurs de bus. "Il y a des déviances graves, affirme Christophe Salmon, secrétaire général de la CFDT RATP cité par Le Parisien. On a laissé s'installer un système où certains agents refusent de saluer une femme, arrivent en retard pour faire leur prière, ou même prient sur place."
Dans un communiqué daté du 17 novembre, la CFDT Transport Environnement affirme, d'ailleurs, avoir alerté dès 2007 leur fédération "sur une montée de plus en plus importante de "faits religieux" dans leurs entreprises" et qui toucheraient "aujourd'hui l'ensemble des secteurs du transport".
 
Une porte-parole du groupe a assuré à l'AFP que les exemples cités "ne correspondent pas à des faits aujourd'hui recensés".  En matière de recrutements, "on est extrêmement vigilant", "toute personne qui postule à la RATP doit fournir un extrait de casier judiciaire", affirme la porte-parole.
Par ailleurs, "l'entreprise est en discussion avec le ministère de l'Intérieur pour voir comment elle peut encore plus renforcer le contrôle des embauches sur certains métiers sensibles", a-t-elle ajouté tout en précisant que la RATP "n'a jamais connaissance des fiches S" (de renseignement).
 
"Ce qu'il peut se passer, c'est qu'on nous notifie une décision administrative contre un salarié", dit-elle. Depuis l'arrivée de la nouvelle direction voici six mois, "cela s'est passé une seule fois", à propos d'un agent de sûreté, et la RATP "a enclenché une procédure disciplinaire".

Mise au point officielle de la RATP

Enfin, la RATP a fini par publier un communiqué le 17 novembre en fin d'après-midi en forme de mis au point sur les questions des sanctions prises à l'égard de tout comportement non-conforme au principe de laïcité et sur la vigilance de ses recrutements. Elisabeth Borne apporte son soutien à  l'ensemble du personnel de la RATP Île-de-France et souligne que lors des attentats du 13 novembre, les agents ont  assuré la continuité du service public toute la soirée et que des machinistes ont également aidé à l’évacuation des victimes et des témoins, par bus, à la sortie du Bataclan... : "tous ont porté haut les valeurs de solidarité de la RATP en ces moments tragiques, et ont démontré leur sens du service public".

Florence Guernalec (avec AFP)