Le directoire de la SGP est autorisé à signer les contrats pour la réalisation des lignes 15, 17 et 18. Le vote du Conseil de surveillance - 11 représentants de l'Etat et 10 des collectivités locales - a eu lieu vendredi 13 novembre à huis clos et portait sur les trois derniers tronçons du Grand Paris Express (GPE). Les enquêtes publiques concernant ces trois lignes seront lancées au premier trimestre 2016.

Il s'agit donc de la ligne 17 (du Bourget au Mesnil-Amelot, 19,5 kilomètres, 6 gares) pour un montant de 1,8 milliard d'euros ; de la ligne 15 est (de Saint-Denis Pleyel à Champigny, 23 kilomètres, 12 gares) pour 3,5 miliards et de la ligne 18 (d'Orly à Versailles, 35,8 kilomètres, 10 gares) pour 2,7 milliards. Cette dernière ligne, qui doit irriguer le plateau de Saclay, avait fait l'objet début novembre d'un avis consultatif défavorable du commissariat général à l'investissement (CGI, sous tutelle de Matignon). Mais, avec ce vote à la SGP, le gouvernement maintient le projet en l'état.

Par ailleurs, le conseil de surveillance a approuvé, pour la somme de 592  millions d'euros, la réindustrialisation du site de l'ancienne usine PSA à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), fermée en 2013 au terme d'un long conflit social. Un site de maintenance des trains du GPE et des infrastructures ainsi qu'un poste de commandement centralisé pour les lignes 16 et 17 y seront installés.

Un coup de pouce à Eole, au RER A et la ligne 11
 
Enfin, le conseil de surveillance a approuvé la participation de la SGP au financement du "Plan de mobilisation", autrement dit la modernisation et l'extension du réseau existant. La SGP apportera 159 millions d'euros pour le prolongement du RER E Eole à l'ouest, 25 millions pour la modernisation du RER A à Cergy et 300 millions pour la prolongation de la ligne 11 du métro à l'Est.

"Avec ces investissements bénéficiant à la grande couronne, la SGP inscrit le Grand Paris Express dans une dynamique pour tous les habitants de l'Ile-de-France", fait valoir le président du directoire, Philippe Yvin, y voyant aussi "une avancée majeure dans la perspective des candidatures de la France aux Jeux olympiques de 2024 et de l'Exposition universelle de 2025". 

Le budget prévisionnel 2016 de la SGP a symboliquement franchi la barre du milliard d'euros (1,112) qui "traduit la montée en puissance du projet", selon la SGP.

(AFP)