"Le transport collectif est un énorme sujet de développement soutenable et de transition énergétique qui sont au cœur de la COP21", insiste Alain Bullot, délégué général de Fer de France. L'organisme interprofessionnel de la filière ferroviaire va ainsi organiser des "matinales" de débats durant l'événement afin de promouvoir le transport collectif, en particulier le train, urbain et interurbain, et son rôle central dans l'intermodalité. "Nous ne souhaitons pas que le grand enjeu transport se réduise à rendre plus propres des modes qui ne le sont pas  et tourne exclusivement autour du véhicule électrique et de la voiture connectée", ajoute Alain Bullot. 

Dans l'esprit de la COP21
 
"En tant qu'association interprofessionnelle de la filière ferroviaire, nous avons un rôle à jouer pour promouvoir une vision de la mobilité de demain, et nous sommes prêts à le tenir", souligne son délégué général. Ainsi, Fer de France organise cinq matinales les 2,3, 7, 8 et 9 décembre 2015 à la Galerie des solutions au Bourget.
Les débats porteront sur la mobilité passagers sous différents angles : l'intermodalité via les gares dans les grandes villes, le développement des territoires et des régions, la place du ferroviaire dans la mobilité à l'horizon 2030 ou encore est-il possible de concevoir une mobilité soutenable sans les transports collectifs ? Alain Bullot a un seul regret : ne pas avoir pu consacrer une matinale à la logistique et au fret.
 
Fer de France a invité des personnalités de la société civile qui vont présenter, à ces matinales, leur vision et leurs attentes de la ville de demain dont l'architecte français Jean-Michel Wilmotte, le maire de Medellin Anibal Gaviria Correa ou encore le directeur de l'autorité publique Transport for Greater Manchester John Lamonte. "Nous souhaitions inviter des personnalités internationales, car la particularité du pavillon français est de proposer une vision système qui permet des coopérations de long terme avec les pays étrangers. Le co-développement avec les pays partenaires, c'est l'esprit de la COP21", souligne Alain Bullot. 

Une appétence pour l'innovation
 
En réponse à ces visions, des acteurs de la filière ferroviaires, membres de Fer de France, expliqueront comment ils peuvent soutenir, compléter ou enrichir ces attentes. Les intervenants comprendront notamment son président Nicolas Jachiet, la PDG de la RATP Elisabeth Borne, le vice-président exécutif d'Asltom Henri Poupart-Lafarge, le président du Gart Louis Nègre ou encore le président de l'UTP, Jean-Pierre Farandou.

"Le chemin de fer est un terrain extrêmement puissant pour l'innovation. Il y a une appétence énorme des acteurs de la filière pour une mobilité soutenable", insiste Alain Bullot. Et de citer: l'automatisation des lignes au service de la sécurité des passagers, la réduction de la consommation énergétique, la transformation numérique...  "La voiture électrique n'a pas le monopole de l'innovation", insiste-t-il. 

Florence Guernalec
 


 Pour s'inscrire, se rendre sur
(Attention : date limite des inscriptions le 24 novembre 2015)