Le groupe public Ferrovie Dello Stato (FS) a signé, le 23 décembre 2015, un accord avec la Banque européenne d'investissement (BEI) pour financer l'acquisition de trains régionaux - 49 rames rames et 250 voitures à deux niveaux. La BEI va souscrire à des obligations émises par FS pour 300 millions d'euros avec la garantie du Fonds européen pour les investissements stratégiques du plan Juncker. Vice-président de la BEI, Dario Scannapieco, rappelle, dans le communiqué, que la Banque européenne est, depuis des années, aux côtés de FS dans tous ses investissements.
 
"Une opération innovante tant sur le plan de sa structure financière que du secteur visé (lignes régionales)", selon le communiqué de la BEI, bras financier du Plan Juncker.  Cinq régions d'Italie sont concernées : Latium, Toscane, Vénétie, Piémont et Ligurie. Au total, Ferrovie Dello Stato va y investir 700 millions d'euros.
 
Une solution pour financer le remplacement des trains Corail en France ? Les constructeurs attendent impatiemment de nouvelles commandes de matériel. En juillet dernier, le secrétaire d'État aux Transport, Alain Vidalies avait promis d'arrêter ses choix sur la définition du matériel Intercités et d'engager une opération d'acquisition fin 2015...
 
Or, l'opération n'est pas financée. L'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) a-t-elle réellement les moyens d'y consacrer 150 millions d'euros par an pendant dix ans ? En effet, Alain Vidalies avait annoncé que "le parc de TET sera entièrement renouvelé d'ici 2025 pour un montant d'investissement d'environ 1,5 milliard d'euros".

Florence Guernalec