La CGT, la CFDT et Sud Rail ont déposé "plusieurs préavis de grève couvrant la période du jeudi 18 février, dès 18H00, au lundi 23 février, à 00H00", ont indiqué les syndicats dans un communiqué, précisant que la mobilisation, qui débutera à l'aube d'un nouveau chassé-croisé des vacances d'hiver, touchera principalement la Savoie, la Haute-Savoie, l'Isère et l'Ain.

Ils dénoncent la suppression de "plus de 100 postes" en 2016 et pointent "l'accélération de l'éclatement de l'entreprise" consécutif à la "multitude de réorganisations et de restructurations" engagées. Des bouleversements structurels qui occasionnent des "impacts lourds" pour les cheminots et les usagers, pointent-ils. "La SNCF veut supprimer plusieurs entités de la région de Chambéry (…) et envisage, dès le 29 août, de supprimer la présence des contrôleurs dans les trains sur tout le territoire", précise un communiqué de Sud-Rail.

"Pour nous, le plus catastrophique, c'est que cela se ressent sur le service rendu aux usagers", souligne Antoine Fatiga, délégué CGT du Secteur Fédéral des Cheminots de la Région SNCF de Chambéry.

Prévoyant une "mobilisation importante", le responsable syndical déplore "l'absence de volonté" de négociation de la SNCF. "Elle a réagi aux préavis en annonçant simplement aux voyageurs que le trafic allait être perturbé. On aurait préféré qu'elle négocie", ajoute-il.

De son côté, la SNCF assure que les discussions se poursuivent et que si le trafic des TER "nécessitera quelques adaptations", le trafic TGV "sera normal". "Nous allons faire notre possible pour que cette grève soit indolore pour nos client", a-t-elle conclu.

Robert Viennet avec AFP