En cette journée de départs en vacances pour les académies de Paris, Montpellier et Toulouse, six liaisons "sur dix seront assurées en moyenne, avec des disparités notables selon les zones géographiques", précise le transporteur ferroviaire, ajoutant que le trafic des TGV sera lui "normal".

Sur les axes Lyon-Chambéry, Ambérieu-Lyon-Saint-Étienne et dans les vallées alpines, le trafic sera assuré à 70%. La liaison entre Lyon et Grenoble le sera quant à elle à 80%.

Les trains vers Annecy et Genève, au départ de Lyon, ne circuleront que dans 50% des cas.

En revanche, seuls 30% des trains circuleront dans la Loire, depuis Saint-Étienne et Roanne, mais aussi au départ de Bourg-en-Bresse, dans l'Ain.

Enfin, les dessertes périurbaines de Grenoble, de Lyon et d'Annemasse ne seront que partiellement assurées, souligne la SNCF, qui conseille aux voyageurs ayant prévu d'emprunter ces lignes de reporter leurs déplacements.

Le mouvement social des cheminots, qui a débuté jeudi soir à l'appel de trois syndicats, intervient alors que s'annonce sur les routes et dans les gares le chassé-croisé le plus important des vacances d'hiver.

La CGT, la CFDT et Sud Rail ont déposé un préavis de grève couvrant la période du 18 au 22 février inclus. La mobilisation touche principalement la Savoie, la Haute-Savoie, l'Isère, la Loire et l'Ain.

Ces syndicats dénoncent la suppression de "plus de 100 postes" en 2016 et pointent "l'accélération de l'éclatement de l'entreprise" consécutif à la "multitude de réorganisations et de restructurations" engagées. Des bouleversements structurels qui occasionnent des "impacts lourds" pour les cheminots et les usagers, pointent-ils.
 
(AFP)