Les données collectées permettront de produire des analyses périodiques sur la mise en place de l'indemnité kilométrique vélo (IKV). Aura-t-elle un impact sur la pratique du vélo dans les trajets domicile-travail sachant qu'elle est facultative ? Comme annoncé lors des vœux de l'association, le Club des villes et territoires cyclables et l’Ademe lancent l’Observatoire de l'IKV sous le parrainage de Ségolène Royal et d'Alain Vidalies.
 
Cet observatoire, créé au sein de l'Observatoire des mobilités actives du Club des villes et territoires cyclables, permettra aussi de faire connaître le dispositif et d’aider les entreprises à le mettre en place, mais aussi de valoriser celles qui s’y engagent et d’établir un suivi de sa mise en œuvre.
 
Ainsi, le site internet du Club publie la liste des organisations ayant mis en place l’IKV. destiné à recueillir les informations utiles entreprise par entreprise a été mis en place : date de mise en œuvre, nombre de bénéficiaires et de cyclistes avant sa mise en place, montant au kilomètre de l'IKV, plafond annuel, cumul ou non avec l'abonnement de transport en commun, montant versé (n-1)...
 
De plus, le Club a mis en place une foire aux questions complète sur les conditions de mise en œuvre de cette IKV.
 
Enfin, le Club des villes et territoires cyclables  propose un argumentaire présentant les bénéfices de la mobilité à  vélo en entreprise. S'appuyant sur plusieurs études étrangères, l'association avance trois arguments : réduction de l'absentéisme au travail, amélioration de la productivité et facilitation du bien-être au travail, de la motivation et de l'esprit d'équipe.
 
L'indemnité kilométrique vélo (IKV) a pour objectif d’inciter les salariés à se rendre au travail à vélo. Elle a été créée dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, à l’initiative du Club des parlementaires pour le vélo et du Club des villes et territoires cyclables.

Florence Guernalec