"Nous allons rentrer dans le cœur de l'industriel de la SNCF", a expliqué Yves Tyrode, dg du digital, sur le 20 février 2016. Rappelons que la compagnie avait annoncé, en février 2015, qu'elle mettait 450 millions d'euros sur la table en trois ans. Les annonces toucheront la maintenance du réseau et celle du matériel roulant, le fret, mais aussi les gares et l'immobilier.

Cap sur l'Internet of things

Au total, la SNCF doit prochainement mettre en œuvre dix initiatives structurantes en matière d'Internet des objets. "L'amélioration de la maintenance va se transformer en une  amélioration de la qualité de service et de la productivité", a souligné Yves Tyrode. "Cela peut aller de l'automatisation des tests de freins pour le fret à bien capter les informations sur les fermetures de portes" a précisé Yves Tyrode.

De la maintenance prévisionnelle

Notre objectif ? "Avec tous ces capteurs, ces réseaux nouvelle génération type Sigfox ou LoRa, et du big data, notre but est de réparer les choses avant qu'elles ne cassent", a expliqué Yves Tyrode. La SNCF a investi dans trois incubateurs dont un à Toulouse spécialisé dans l'Internet des objets, co-localisé avec la start-up française SIgfox, spécialisée dans les réseaux bas débits utilisés par les objets connectés.
 
Florence Guernalec
 
Une connexion internet à bord

Yves Tyrode a confirmé l'arrivée de la 4G sur la liaison Paris-Lyon fin 2016, puis le déploiement sur les autres lignes TGV au cours de l'année 2017 jusqu'à début 2018. Pour y parvenir, il s'agit de couvrir la ligne entière en 4G et d'équiper les trains de bornes WiFi.
 
Les trains du quotidien ne sont pas oubliés puisque que la SNCF facilite l'accès de ses empreintes foncières aux opérateurs mobiles afin que ces derniers puissent couvrir les zones confinées comme les tunnels.

L'interview intégrale d'Yves Tyrode, dg du digital à la SNCF sur BFM Business :