Un Paris-Bruxelles à partir de 19 euros. Le tarif enfant à un prix unique de 10 euros. C'est l'offre low cost lancée par Thalys. Son nom ? IZY.  Les ventes démarrent le 1er mars 2016 pour des premiers départs le 3 avril. Thalys a prévu deux allers-retours par jour en semaine et trois le week-end. La cible ? La clientèle loisirs (50% des clients), en particulier, les jeunes et les familles attirés par des modes de déplacement alternatifs. Le prix maximum est fixé à 59 euros (hors options). L'objectif ? Augmenter de 10% les déplacements en train entre Paris et Bruxelles.

Des coûts de production optimisés
 
Pour proposer un prix d'appel à 19 euros, Thalys est parvenue à baisser ses coûts de production de 30%. La compagnie dirigée par Agnès Ogier a notamment réduit les charges d'infrastructure en faisant circuler les TGV sur les lignes classiques en France. Résultat, un temps de parcours rallongé – d'une durée de 2h15 en moyenne (entre 2h08 et 2h30 au lieu de 1h22), mais qui reste très compétitif par rapport à la route (entre 3h00 et 3h30). Avec cette offre, Thalys espère convaincre ceux qui prennent aujourd'hui leur voiture (ou plus rarement l'autocar) entre Paris et Bruxelles.
 
Thalys met également en place une maintenance optimisée, construite en fonction des circulations aux moments de creux. Deux rames dédiées prises sur le parc TGV de la SNCF (393 places) ont été rhabillées aux couleurs vert et violet d'IZY, et non rouge de Thalys, même si c'est le personnel de la compagnie qui opère.
 
Les autres sources d'économie copient toutes les offre low cost :
- suppression de la restauration à bord ;
- nombre de bagages limité au "bagage-cabine" et au sac à main (supplément de 10 euros par bagage supplémentaire pré-enregistré, 30 euros si enregistrement à la dernière minute) ;
- siège XL qui correspond à une première classe (10 euros) ;
- SMS pour l'info voyageurs et trafic (2 euros) ;
- vente et service client 100% en ligne sur le site Izy.com ;
- billets non échangeables et non remboursables
 
IZY comporte également une offre "bons plans". Thalys va, ainsi, mettre en ventre dix billets à 10 euros sans garantie de place assise. Concrètement, le voyageur utilisera les places vacantes s'il en reste (aujourd'hui le taux d'occupation des Thalys s'élève à plus de 75%, selon Agnès Ogier) ou occupera l'ex-wagon-bar équipé d'appuis sciatiques et de tables hautes. De plus, Thalys va mettre en vente, dans les rames IZY, les 25 strapontins à un tarif de 15 euros.

2016, année de conquête
 
L'offre IZY apparaît centrale dans la stratégie de conquête et de reconquête de Thalys. Car l'année 2015 a été marquée par les attentas à Paris et dans le Thalys. La compagnie a été impactée directement avec une chute des ventes de 30 à 40% immédiatement après, un manque à gagner évalué à 14 millions d'euros sur un chiffre d'affaires de 487,5 millions. Résultat, le trafic de l'année 2015 enregistre une baisse de 0,1% par rapport à 2014 et un chiffre d'affaires en baisse de 1,7% lié à une "politique de prix généreuse". "Cela montre que nous sommes extrêmement résistants, compte tenu des événements", a commenté Agnès Ogier, directrice générale de Thalys.
 
Parallèlement, la compagnie va poursuivre sa politique de billets à petits prix – 25% des billets vendus en 2015, en direction de la cible jeunes (8% des billets), et l'offre TickUp (15 000 voyageurs en ont profité l'année dernière), un prix préférentiel pour quatre voyageurs groupés. Thalys promet également de nouvelles offres pour ses vingt ans au mois de juin 2016.
 
Florence Guernalec
 
 
La clientèle d'affaires chouchoutée
 
Thalys n'oublie par les businessmen en poursuivant ses efforts sur les services.
 
La compagnie a mis en place une nouvelle offre de restauration et annonce l'achèvement du déploiement d'une nouvelle solution WiFi à bord au mois de mai 2016.
 
Thalys continue d'inaugurer de nouveaux lounge, Bruxelles-Midi le 2 mars et celui de Düsseldorf ouvrira à l'été 2016.
 
Enfin, elle annonce de nouveaux uniformes pour le personnel à bord cet été.