Le protocole d’accord de coopération a été signé, le 18 mars 2016, en présence des ministres tunisiens des Affaires Étrangères et des Transports et du ministre français des Affaires Étrangères. La collaboration entre SNCFT et SNCF passera par la création de joint-ventures, l’échange d’équipes, l’assistance ou l’appui à management ou encore  la mise à disposition d’experts.
 
Cette coopération va se décliner dans au moins six domaines de compétence :
- formation (adaptation aux nouvelles technologies) ;
- ingénierie ferroviaire et de la maintenance ;
- activité voyageurs (gestion des services clients, dont accueil, information, sûreté dans les gares et les trains);
- activité fret et logistique (diversification des activités) ;
- sûreté (création d’une entité opérationnelle) ;
- assistance technique, organisationnel et Développement Durable
 
La sûreté en tête
 
Les deux entreprises ferroviaires vont dès à présent coopérer dans le domaine de la sûreté. Des discussions ont commencé dès 2013 sur la création d’une entité opérationnelle pour lutter contre l’insécurité, la fraude et les incivilités sur le réseau ferré tunisien.
 
SNCF accompagnera la SNCFT dans la conception de cette nouvelle unité en effectuant des recommandations sur les plans de l’organisation, des processus opératoires, des outils et des cahiers des charges de formation. La proposition d’assistance reposera sur un diagnostic mené en commun par les deux opérateurs et sur l’expérience de la sûreté SNCF sur le réseau français.

Un accord de coopération similaire a été signé, en septembre 2015, entre la RATP et la Société des transports de Tunis.

Florence Guernalec