"Vouloir exiger la présentation d'un titre de transports et/ou une pièce d'identité pour accéder aux zones publiques dans des infrastructures de transport n'est en aucun cas réalisable", écrit la fédération dans un communiqué du 23 mars 2016 en réponse aux annonces la veille du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.
 
Cela "risque de provoquer des situations ingérables pour les différents services de sûreté et de sécurité des entreprises de transports et des services régaliens de l'Etat", poursuit la CFDT-Transports.
 
Le syndicat s'interroge également sur "la pertinence économique de cette mesure, qui favorisera le choix de se déplacer en voiture plutôt que d'utiliser les transports publics".
  
Pour la CFDT, la sécurisation de ces infrastructures "passe tout d'abord par une vigilance accrue des salariés de ces entreprises et des usagers" et "le renforcement des services internes dédiés à la sécurité" existants, comme c'est le cas à la RATP et à la SNCF.
 
La fédération exige d'être reçue "dans les plus brefs délais" par le gouvernement "afin d'éviter de provoquer des tensions supplémentaires dans un secteur déjà fortement impacté par les événements".

(AFP)