20 000 euros, le chiffre est modeste, mais il représente le premier bénéfice de la jeune filiale de Bolloré qui, en 2014, affichait une perte de six millions d'euros. Le résultat opérationnel est également positif à 3 millions d'euros, contre - 6 millions l'année précédente, a indiqué l'entreprise dans un communiqué. Ces résultats sont "en nette amélioration, grâce à l'augmentation des livraisons de batteries liée à la croissance de l'autopartage et au développement dans le stationnaire", a expliqué Blue Solutions.

La société a vu ses ventes de packs de batteries progresser l'an dernier, le chiffre d'affaires, déjà publié fin février, s'affichant en hausse de 26% à près de 122 millions d'euros. Par ailleurs, l'entreprise, introduite en Bourse en 2013, indique avoir diminué ses coûts de fabrication.

Désormais, Blue Solutions entend réaliser "comme prévu 7 projets d'autopartage à fin 2017" et prévoit d'atteindre des livraisons de "3 000 à 4 000 batteries pour 2017 et 5 000 à 6 000 batteries par an pour 2018-2019". La société en a livré 2 930 l'an dernier. Ces prévisions sont toutefois "sous réserve du développement du bus de 12 mètres et des projets actuels avec Citroën", a précisé l'entreprise.

Londres pour cet été

Apres Indianapolis en décembre 2015, Blue Solutions a inauguré, le 18 mars 2016 à Turin, Bluetorino le premier service d'autopartage de véhicules 100% électriques en Italie. Basé sur le même modèle qu'Autolib' à Paris, Bluetorino a pour objectif de déployer près de 150 véhicules et 250 bornes de recharge d'ici un an. À terme l'objectif est d’atteindre 400 véhicules, 200 stations et 700 bornes.

Outre Paris et Turin, Blue Solutions a déployé des services d'autopartage à Lyon (Bluely) à Bordeaux (BlueCub) à Indianapolis (Blueindy). Prochain objectif, le lancement en juin 2016 à Londres de Bluecity et à Rome de Blueroma.

Au total, ces différents systèmes d'autopartage représentent un parc de 4 300 véhicules électriques toutes produites par Bolloré sur le modèle de la Bluecar et 1 300 stations équipées de 7 000 bornes de charge.

Robert Viennet