Le Comité national de sécurité dans les transports en commun (CNSTC) consacré à la région Île-de-France s'est tenu ce 5 avril 2016 au ministère de l'Intérieur. Il réunissait autour des ministres Bernard Cazeneuve et Alain Vidalies, et de la présidente de la Région Valérie Pécresse, l'ensemble des opérateurs du territoire.

Principale mesure annoncée, le déploiement de caméras de vidéoprotection dans 70 gares routières d'Île-de-France considérées comme sensibles car accueillant plus de 400 000 usagers par jour. Les 20 plus importantes devraient être équipées dès 2016, indique un communiqué du ministère de l'Intérieur. Pour ce faire, une convention-cadre sera signée d'ici à juin 2016, lors d'un prochain CNSTC. Elle établira notamment "la clé de répartition financière de ces réalisations".

Par ailleurs, le Comité a acté la nécessité d'élargir les compétences de la police ferroviaire des transports (SDPRT) aux réseaux de surface. "La SDPRT sera donc chargée de la coordination de la sécurité des transports en surface, sans préjudice des compétences des préfets de département et des forces territoriales", explique le communiqué. Pour donner plus d'efficacité à cette mesure un PC sécurité commun, réunissant la RATP la SNCF et la police nationale sera créé.

Une sécurité unifiée

Une mesure pour laquelle milite Valérie Pécresse. "L'idée, c'est de mettre en place une force de sécurité unique multitransport qui pourrait intervenir sur tout le réseau dans les trains comme dans les bus", a-t-elle déclaré à l'issue du comité.

La présidente de la région Île-de-France, qui va présenter son budget cette semaine, entend tripler les sommes consacrées à la sécurité dans les transports. Ce "bouclier sécurité" comme elle l'a baptisé, passe notamment par la mise en place de système de vidéosurveillance dans les deux tiers des trains qui n'en sont pas encore équipés. "Dans le cadre du plan volontariste de renouvellement des trains que j'ai annoncé il y a quelques jours, j'ai demandé à la SNCF et à la RATP de nous faire des propositions d'ici à,juin 2016. Nous avons convenu avec le ministère de l'Intérieur de nous revoir à ce moment-là pour voir comment on peut équiper les trains actuels de vidéoprotection puisque les trains neufs le seront systématiquement."

A propos de la mise en œuvre de la loi Savary, "l'ensemble des acteurs présents ont demandé unanimement de raccourcir le délai de publication des décrets d'application", a précisé la présidente de la Région. L'idée serait que certaines mesures comme la possibilité d'intervenir en civil pour les services de sécurité des opérateurs, ou les palpations de sécurité par ces mêmes agents, soient opérationnelles avant le déroulement de l'Euro 2016.

Dans son communiqué, le ministère de l'Intérieur précise que certaines mesures issues de la loi Savary sont déjà en application : inspections visuelles par les agents de sécurité des opérateurs et fouille des bagages des voyageurs ; dispositions pénales concernant la fraude d'habitude ou la rétention de contrevenants…
 
Robert Viennet