Transdev avait lancé l'initiative au moment du renouvellement de la DSP du réseau  de Chamonix. L'objectif de MO2 est de dénicher des initiatives qui améliorent la qualité de l'environnement et de l'air. Un enjeu dans une région où la pollution est dramatique pour les deux vallées. Au final, le jury (1), réuni à Chamonix le 27 mai 2016, a retenu deux projets sur les huit finalistes.

One Blip a reçu le prix coup de coeur. Cette solution d'autopartage s'appuie sur un boîtier électronique embarqué et une appli mobile qui permettent d'ouvrir une voiture sans échange de clés. Jusque-là rien de très original mais le porteur de ce projet, Laurent Gaborit, propose à tout le monde (particuliers, entreprises, collectivités) de créer sa propre plateforme d'autopartage.
 
Autre originalité du projet, One Blip s'appuie sur des voitures électriques conçues par la start-up française Francecraft. Cette dernière propose trois modèles – pour la logisitique urbaine, les particuliers et une navette pour le transport de personnes. Ces voitures peuvent être assemblées sur le lieu de "consommation". En effet, ces voitures homologuées et déjà testées à Paris, ne comportent que 500 pièces contre 6 à 10 000 pour une voiture classique.
 
One Blip entre directement en résonnance avec les préoccupations de Transdev qui cherche à développer le transport individuel partagé afin de répondre encore mieux aux besoins des usagers. Pour y parvenir, le groupe dirigé encore pour quelques semaines par Jean-Marc Janaillac, compte sur l'innovation digitale - Transdev vient de lancer l'appli tout-en-un à Saint-Étienne,
Moovizy – et l'économie du partage – par exemple, son offre de covoiturage, fleetme, sera testée à la rentrée. Concrètement, Transdev a  créé voici un an environ, la Digital Factory, un incubateur de projets dédié à l’innovation de rupture.

Réduire les déplacements inutiles
 
Le Grand prix a été attribué à Service personnel, un service de conciergerie d'entreprise qui existe depuis 2011 et qui propose de prendre en charge les demandes des particuliers afin de réduire leurs déplacements. Le service est déjà implanté en vallée de l'Arve et plusieurs entreprises de la région utilisent les prestations. Transdev s'est engagée à lui remettre 30 000 euros pour l'aider à développer cette initiative.
 
Sa fondatrice, Stéphanie Medeiros, avait d'abord pensé à développer son offre en créant des casiers aux arrêts de bus. Trop coûteux. Depuis, le projet a évolué et il est désormais question de s'appuyer sur les six maisons de services au public de la région. Jean-Marc Janaillac a insisté sur la nécessité pour les opérateurs d'être performants : "Dans notre activité, nous sommes largment financés par les collectivités. Nous avons l'obligation morale d'être performants pour utiliser au mieux l'argent public. C'est pourquoi nous il faut que nous allions chercherUn enjeu d'autant plus crucial dans une région où la pollution est dramatique pour les deux vallées.
 
Les deux lauréats vont bénéficier de l'accompagnement des équipes de la Digital Factory de Transdev et des partenaires comme l'Ademe notamment pour réaliser et développer leurs initiatives.
 
Florence Guernalec
 

(1) Le jury était composé de personnes de l'Ademe Rhône-Alpes, l'Agence régionale du développement et de l'innovation (Ardi) Rhône-Alpes, Bref Rhône-Alpes Auvergne, la Caisse des dépôts, la Caisse des dépôts direction régionale Rhône-Alpes, BPI France, du Cluster Montagne, de la Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc, de la Compagnie du Mont-Blanc, d'Enviscope.com, du Laboratoire ville mobilités, LAET, de Transdev, de Transport Public/MobiliCités, VRT