Quelques jours avant l'ouverture du Salon transports publics, l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) publie au 1er janvier 2015 dans 154 réseaux urbains et une rétrospective sur dix ans.
 
Cette enquête confirme que les tarifs n'ont pas suivi l'évolution de l'offre ni de l'inflation. Résultat, un modèle économique fragilisé puisque l’utilisateur contribue aujourd’hui à seulement 30 % du coût de son déplacement en transport urbain contre 50 % voici 15 ans.
 
Ainsi, il ressort de ce panorama que les tarifs de transports routiers de voyageurs 2015 sont inférieurs de 2,1 % en euros constants par rapport à ce qu’ils étaient en 2005, en dépit d'une remontée des tarifs à partir de 2012 avec une accélération en 2014 et 2015 (+ 2,8% puis + 2,2%).

S'agissant des titres "toutes clientèles", l’abonnement mensuel s'établit à un prix moyen de 30 euros. Près de 90 % des réseaux proposent aujourd'hui des abonnements annuels avec un prix inférieur à moins d’un euro par jour.

Concernant la tarification spécifique, l'enquête de l'UTP constate que les tarifs "jeunes", autrefois réservés aux scolaires et étudiants, se généralisent aux jeunes actifs. De plus, une part grandissante de réseaux proposent des titres mensuels à des prix dégressifs selon le nombre d’enfants.
 
"Quel modèle économique après 2017 ?" sera le thème de la plénière de clôture du congrès Gart-UTP le 15 juin au Salon transports publics. La hausse de la contribution de l'utilisateur paraît inéluctable, avance la présentation...

Florence Guernalec

En savoir plus :