Quand on se promène dans le centre de Melbourne on ne voit qu'eux. Il y en a partout. Sur Swanston Street, l'artère principale de la ville, à l'heure de pointe, ils se suivent même à la queue leu leu, mêlés au flot des voitures des cyclistes et de piétons. Vitesse commerciale moyenne, 15 km/h.

Mais le tramway de Melbourne n’est pas qu’une curiosité touristique, il transporte 170 millions de voyageurs par an (100 en 1995) et a accompagné le développement de la ville depuis sa création à la fin du 19e siècle jusqu’aux années 40, lorsque l’utilisation de l’automobile a stoppé son développement.

D'époque, de formes et de couleurs variées, ces "street cars"  composent la plus importante flotte de tramways au monde avec près de 500 rames. C'est le troisième réseau le plus long au monde, exploité depuis 2009 par Keolis (qui a succédé à un autre Français, Transdev), avec 254 km de voies, sur 30 lignes.

Un réseau plus que centenaire qui a résisté à la vague de démantèlement de l'après-guerre connues par les autres cités australiennes et qui est devenu un des symboles de la ville. Une îcone même, saluée par ce slogan que l'on trouve affiché un peu partout "Love your trams". Mais une icône que Keolis qui exploite le réseau Yarra trams depuis fin 2009, après avoir succédé à Transdev, aimerait sortir un peu de sa tour d'ivoire.

Robert Viennet (Transport Public)

Lire le reportage complet dans le dernier numéro de Transport Public : suivre ce lien