Parce qu’elle n’avait pas trouvé son public depuis sa création en septembre 2015, la navette de centre-ville d’Evreux a changé de peau le 15 juin 2016. Depuis cette date, elle ne s’appelle plus T9 mais "Tour d’Évreux" et les deux véhicules affectés à cette ligne ont été enrubannés de bleu.
 
Autre nouveauté : l’installation d’expositions éphémères dans neuf arrêts majeurs. La première qui met en avant le travail de deux peintres normands – Patrick Hauselmann et Jacques Blézot – sera officiellement inaugurée le 1er juillet 2016.
 
"Au travers de ces expositions, nous avons la volonté de faire porter aux voyageurs un nouveau regard sur l’agglomération et ses atouts et d'envisager la ville sous un angle touristique et culturel", explique Bruno Percheron, directeur général de Trans Urbain, la société d’économie mixte qui opère le réseau de transport public du Grand Évreux.
 
Gratuité les mercredis et samedis
 
Il s’agit aussi de faire découvrir le patrimoine historique de cette ville. En effet, cette navette dessert les principaux bâtiments historiques (le conservatoire, le théâtre, la cathédrale) et administratifs (Hôtel de ville, préfecture, caisse d’assurance maladie…), tout en transitant par la gare.
 
Un service accessible gratuitement les mercredis et samedis jusqu’au 31 décembre 2016. Pendant ces jours d’affluence, l’association des commerçants organise des animations dans les bus en distribuant notamment des bons de réduction.
 
L’objectif de Trans Urbain est d’attirer à la fois les habitants d’Évreux ainsi que les voyageurs occasionnels. "Il y a une volonté publique de développer le tourisme à laquelle nous nous associons. En tant qu’acteur de la mobilité, nous devons proposer une solution de déplacement".
 
28 rotations par jour
 
Depuis septembre 2015, cette navette transporte en moyenne 2000 voyageurs par mois. Insuffisant aux yeux du directeur général. En cause : une politique de stationnement peu contraignante incitant à l’usage de la voiture. "Depuis quelques mois, les tarifs ont été révisés à la hausse et quelques places de parking ont été supprimées", rappelle Bruno Percheron.
 
De ce fait, la fréquentation de cette ligne pourrait atteindre entre 5000 et 7000 voyageurs. "Ce serait un bon résultat ", estime le responsable. Ce service dessert 14 arrêts en 25 minutes. Ce qui représente 28 rotations par jour, soit l’équivalent de 150 kilomètres.
 
Vitrine technologique
 
Les deux Citaro neufs dédiés à cette navette exposeront les dernières technologies développées par ce réseau. "Nous souhaitons en faire une vitrine du transport public ". Un service qui a été restructuré en septembre 2015 sur le principe d’une optimisation des moyens.
 
"Nous avons fait le choix de les concentrer sur deux lignes structurantes qui couvrent à elles seules 80% des besoins de déplacement et absorbent aujourd’hui 60% de la fréquentation".
 
En 2015, le trafic global s’est élevé à 4 millions de voyages. Une fréquentation en hausse de 8 à 9% entre janvier et mai 2016. Le réseau Trans Urbain dessert sept communes du Grand Évreux. Les 30 autres le sont par du transport à la demande.
  
Christine Cabiron