C’est un chantier très attendu qui doit permettre de désaturer le RER A. Lors de la séance du conseil régional du 7 juillet 2016, l'Île-de-France a confirmé sa participation au financement du jusqu’à Mantes-la-Jolie (78). La Région versera un peu plus de 1 milliard d'euros (sur un coût total de 3,7 milliards).
 
"Cet investissement est historique pour le conseil régional puisque jamais un tel montant n’avait été atteint sur une seule opération, le tout dans un contexte budgétaire particulièrement difficile", affirme la Région sur son site.
 
Satisfecit également du côté d'EELV & A : "Ce projet est belle avancée pour la mobilité francilienne : il doit servir à désaturer le réseau, améliorer le maillage des territoires et faciliter le report modal, mais aussi à désenclaver le territoire Seine Aval à l'ouest de l'Île-de-France et le mettre en adéquation avec son statut d'appartenance à l'aire urbaine parisienne", expliquent les élus dans un communiqué.
 
La ligne sera ainsi prolongée de 55 kilomètres. Le projet implique la réalisation d’un tunnel de 8 kilomètres entre Haussmann-Saint-Lazare et Nanterre (92), le réaménagement de la ligne existante depuis les Groues à Nanterre jusqu’à Mantes-la-Jolie. Enfin, le projet Eole prévoit la création de trois nouvelles gares : Porte Maillot, La Défense et Nanterre-La Folie. Enfin, le RER E bénéficiera du nouveau système d'exploitation des trains, NExTEO de Siemens.
 
Mis en service en 1999 entre l’Est francilien (Tournan, Chelles-Gournay) et la gare Haussmann-Saint-Lazare, le RER E doit relier Mantes-la-Jolie à l’horizon 2022. À terme, la ligne devrait être empruntée par 89 000 voyageurs à l’heure de pointe du matin, soit 620 000 voyageurs par jour.
 
F.G.