"Le chiffre d’affaires a progressé de 7 % en organique par rapport au premier trimestre 2015/16 [1,74 milliard d'euros], grâce au franchissement de plusieurs étapes de projets", commente Henri Poupart-Lafarge, PDG d’Alstom dans un communiqué. Le groupe table sur une croissance organique de 5% par an d'ici à 2020.

Ainsi, au premier trimestre 2016-2017 (du 1er avril au 30 juin 2016), Alstom a notamment livré des trains régionaux et suburbains en France, des trains régionaux en Italie, en Allemagne et en Suède. Cette croissance s'explique également par l’exécution progressive du projet PRASA en Afrique du Sud et la maintenance pour des trains à grande vitesse au Royaume-Uni, ainsi qu’un projet de signalisation au Canada.

"Nous avons une stratégie de croissance organique très claire qui prend avant tout appui sur la croissance du marché et sur le fait d’être bien positionné sur tous les segments et pas seulement sur le matériel roulant", expliquait Henri Poupart-Lafarge dans
une interview MobiliCités au mois de juin. Ainsi, la vente de trains représente "seulement" 48% de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2016-2017 (contre 52% précédemment), les services 21%, la signalisation 19% et les systèmes 12%. "Cette stratégie doit nous conduire à croitre plus vite que le marché", ajoutait le PDG d'Alstom.

Un carnet de commandes bien rempli
 
Au 30 juin 2016, le carnet de commandes s'établit à 29,7 milliards d'euros et représente plus de quatre années de chiffre d'affaires. Cependant, les commandes sont en recul de 51% au premier trimestre. "Alstom n’a enregistré que des petits contrats au cours du premier trimestre 2016/17. Le faible niveau de commandes reçues ne reflète pas l’activité commerciale qui a été très soutenue et qui devrait se traduire en commandes dans les prochains trimestres, explique Henri Poupart-Lafarge dans le communiqué du groupe. Par exemple, les projets d’extension du métro de Dubaï ou de train régionaux pour l’Italie annoncés récemment n’ont pas encore été enregistrés."
 
Au cour de ce premier trimestre 2016-2017, Alstom a renforcé son réseau local avec plusieurs acquisitions et partenariats en avril 2016. Le groupe a finalisé
l’acquisition de parts dans CTLE (Commuter Transport & Locomotive Engineering), renforçant ainsi sa présence locale en Afrique du Sud.  Alstom a aussi signé un contrat-cadre visant l’extension des activités de Cital et la production locale de trains régionaux et intercités Coradia pour l'Algérie. Enfin, Alstom a pris le contrôle de Cabliance au Maroc en rachetant les parts de Nexans.
 
Et toujours pas de mariage à court terme : "Que des observateurs de l’industrie ferroviaire notent des mouvements de consolidation – Hitachi a racheté Ansaldo, Siemens a racheté Invensys et nous mêmes GE Signalling  -  et qu’Alstom à un moment donné participera à ce mouvement-là, oui c’est une analyse que tout le monde peut faire. Mais rien n’est à l’ordre du jour aujourd’hui", expliquait Henri Poupart-Lafarge à MobiliCités.

F.G.