Le train, qui effectuait la liaison entre Nîmes et Montpellier, a percuté un arbre tombé sur la voie ferrée après avoir été déraciné lors d'un gros orage de grêle qui s'est abattu sur Montpellier et l'Hérault en début d'après-midi, ont précisé les secours. Les blessés sont dans un état "d'urgence relative ou absolue", ont-ils ajouté.

L'arbre était "un très grand pin situé dans une propriété privée", donc ni sur le "domaine public ni sur une emprise ferroviaire", a précisé la SNCF. Le conducteur, qui fait partie des blessés légers, "est particulièrement choqué", selon la SNCF. Une enquête en flagrance pour "blessures involontaires" a été ouverte par le parquet de Montpellier, a précisé le procureur de la République, Christophe Barret. Elle vise à déterminer les causes de la chute de l'arbre, situé sur un terrain privé, afin de décider d'éventuelles responsabilités pénales. 
 
Les bandes du train - l'équivalent des boîtes noires des avions - doivent être expertisées dans le cadre de l'enquête confiée à la gendarmerie. Mais M. Barret a tenu à souligner que la vitesse du train n'était sans doute pas de 140 km/h comme indiqué par plusieurs médias mais plus proche de 90 km/h sur un tronçon sur lequel la vitesse maximale autorisée est de 160 km/h.  "Il n'y a pas de mise en cause ni du matériel ni du conducteur", a-t-il rappelé. 
  
"A hauteur de Lunel vers 15H45, un TER a percuté à 140 km/h un arbre tombé sur la voie à la suite d'orages d'une rare violence dans la région", avait pourtant indiqué la SNCF quelques heures après l'accident.  A 17H15, le bilan faisait état d'une personne en "urgence absolue", transportée par hélicoptère vers un hôpital, et de sept autres blessés, en "urgence relative", et qui étaient en cours d'évacuation, a déclaré à l'AFP le directeur départemental des services d'incendie et secours de l'Hérault, Christophe Risdorfer.

L'arbre a entraîné dans sa chute une caténaire qui ne s'est pas rompue. Le TER qui n'a pas déraillé, présentait un impact frontal et sur le côté gauche de la voiture de tête, a décrit le responsable des services de secours locaux, Christophe Risdorfer.

De gros moyens de secours ont été mobilisés, avec des hélicoptères et quelque 80 pompiers. "Les pompiers et la police sont sur place, l'accès est très compliqué, avec notamment de gros grêlons", ajoute la compagnie ferroviaire.

Le TER transportait 219 passagers.

(AFP)