Tous les usagers du métro connaissent ce dessin du petit lapin qui se fait pincer les doigts lors de l'ouverture des portes du métro. Un message qui parle aux enfants, les premiers visés par cet avertissement. Mais le métro recèle bien d'autres risques, comme celui de tomber sur les voies, de se faire happer par un train entrant en gare, de se coincer le pied entre le quai et la rame ou de chuter dans un escalier à cause de trop de précipitation.

La RATP déplore un accident grave de ce type par jour sur son réseau souterrain de métro et de RER. Selon l'opérateur, on a recensé 274 chutes entre le quai et le train en 2015. Si ces chiffres restent stables ces dernières années, ils préoccupent la RATP et surtout ses agents souvent les premiers témoins de ces accidents qui les vivent parfois comme des traumatismes. C'est d'ailleurs d'eux que vient l'idée de la campagne de communication que lance aujourd'hui la RATP et qui durera une semaine.

"Nous nous inscrivons dans la tradition de sécurité ferroviaire qui est notre première préoccupation d'opérateur", indique Anaïs Lançon, directrice de la communication et de la marque de la RATP. La campagne en question mettra en œuvre l'ensemble des moyens de communication dont dispose la RATP pour toucher son public : communication digitale avec un film qui sera diffusé sur les réseaux sociaux, affichage 4X3 dans les stations, mobilisation d'agents dans certaines stations pour aller au-devant des voyageurs, recours à des comédiens qui reprendront in-vivo les messages des affiches.


La campagne est traitée "dans un style décalé et humoristique" en analogie avec le monde aérien "où les voyageurs ont parfaitement intégré les consignes de sécurité".

Attachez vos ceintures.

Robert Viennet