Depuis le 1er septembre 2015, l'ensemble du parc d'autocars français est équipé de ceintures de sécurité. Pourtant, à part les scolaires, peu de passagers pensent à s'attacher. Selon une enquête (1) réalisée sur le terrain par Keolis et la Prévention routière (observation des comportements), deux tiers des gens observés ne bouclent pas leur ceinture. Et quand on les interroge, seuls 16% déclarent toujours la porter.

Plus rassurant, le taux de port de la ceinture a pu atteindre 100% dans certains transports scolaires observés  "C'est une habitude qu'ils prennent très tôt grâce aux campagnes de sensibilisation menées dans les écoles, explique Thierry Guinard, directeur sécurité et environnement de Keolis. Pendant notre enquête nous avons constaté que les enfants de moins de dix ans utilisent systématiquement leur ceinture quel que soit le type de car qu'ils utilisent."

L'habitude se perdrait-elle au fil des ans ? L'enquête montre que ce sont les adolescents et les jeunes adultes qui sont les moins disciplinés. Seuls 4,6% des jeunes de 15 à 19 ans la portent et 9,8% des 20 à 29 ans. Et, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce sont les passagers réguliers de l'autocar qui s'attachent le moins souvent (14% bouclent leur ceinture contre 25% pour les voyageurs irréguliers).

Un sujet d'autant plus d'actualité que depuis l'ouverture à la concurrence des lignes régulières par autocar, près de 2 millions de Français ont adopté ce mode de transport. C'est pourquoi Keolis et la Prévention routière ont décidé de lancer une campagne de sensibilisation afin de rappeler que la ceinture de sécurité dans les autocars est indispensable à la bonne protection des passagers.

Deux vidéos et une fiche conseil pour les voyageurs, enfants comme adultes, ont été réalisées. Elles seront diffusées dans les cars Keolis, ainsi que lors des actions menées par le groupe tout au long de l’année auprès des publics scolaires (en 2014, 70 000 élèves ont été sensibilisés au cours d’opérations pédagogiques). Ces supports de communication seront également utilisés par les bénévoles de l’association dans le cadre de leurs actions de prévention, dès la rentrée scolaire 2016-2017.

Robert Viennet