Les ambassadrices ont effectué leurs explorations de jour comme de nuit, équipées d'un carnet d'enquête, d'un appareil photo, d'un mètre et d'une lampe torche. Elles étaient accompagnées de membres d'un cabinet d'audit ainsi que de représentants du Sytral et de son délégataire, le groupe Keolis.

"Vous avez fait un constat très brut de décoffrage", a lancé la présidente du Sytral, Annie Guillemot, aux cinq "ambassadrices de la ligne 7" qui circule entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin.

"On avait des gros soucis autour de la ligne, on était beaucoup dans l'évitement", a expliqué l'une d'elles, Samira, plutôt sceptique au début de l'opération parce que dans son quartier de Villeurbanne, "on a un sentiment de délaissement". Mais beaucoup de choses ont été améliorées depuis, assure-t-elle. "Et c'était intéressant pour nous d'avoir la parole."

Pauline Roman, une étudiante, parle surtout de l'insécurité sur la ligne, qui la conduit le soir à rentrer à pied. Michèle Fayard, Touroussi Abdillah et Chaima Sahraoui, les autres "ambassadrices", pointent aussi la vétusté et la saleté des bus, une ponctualité déficiente, l'absence d'éclairage aux arrêts, le rapport difficile aux passagers masculins et des problèmes de racolage à la descente du bus.

"Elles avaient raison: cette ligne avait les cinq bus les plus anciens du réseau", a souligné Annie Guillemot, précisant que deux nouveaux avaient déjà été commandés. Des aménagements de sécurité ont également été mis en oeuvre autour de certains arrêts (voir encadré).

Pour cette expérimentation appelée à se répéter sur une ligne desservant le quartier de la Duchère de l'autre côté de Lyon, le Sytral a bénéficié d'une subvention de 10.000 euros du fonds interministériel de la prévention de la délinquance.

Les mairies de Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, la ville et la métropole de Lyon, la préfecture du Rhône, la Délégation régionale aux droits des femmes et à l'égalité, le directeur départemental de la Sécurité publique et le procureur de la République à Lyon ont participé à la restitution de l'étude, qui coïncidait avec le lancement d'une campagne nationale de sensibilisation contre le sexisme.

Florence Guernalec (d’après AFP)

 

Les propositions d'amélioration

Suite à ce constat, les partenaires de la démarche ont proposé des réponses afin d’améliorer les conditions de déplacement des femmes et plus largement de l’ensemble des voyageurs :

- De nouveaux véhicules
Le Sytral modifiera entièrement la flotte de la ligne 7 dès la rentrée 2016, en affectant 5 bus récents (éclairage optimal, confort, bandeaux lumineux, accessibilité, etc.).

- Une information voyageurs optimisée
Le Sytral installera à la rentrée 2016, de nouvelles bornes Visulys aux arrêts de la ligne 7. Ces panneaux d’affichage dynamique informent les usagers en temps réel sur les temps d’attente estimés des premier et second véhicules à l’approche.
Les nouveaux véhicules affectés à la ligne 7 disposeront de bandes d’information défilantes efficaces et d’un son optimisé pour les annonces sonores.

- Des temps de parcours ajustés afin d’améliorer la ponctualité et la régularité de la ligne

- Une formation des personnels
Keolis prévoit dans les prochaines semaines, une sensibilisation renforcée des conducteurs à la sécurité des voyageurs, notamment la prise en compte du public féminin.

- Un environnement rassurant
Une attention particulière sera apporté aux aménagements urbains et les cheminements qui conduisent aux arrêts seront revus en termes d’éclairage et de voirie.
L’éclairage du parc relais Laurent Bonnevay sera renforcé dès la rentrée 2016.
Le Sytral et Keolis étudient actuellement un plan vidéo pour renforcer la vidéosurveillance de la gare routière Laurent Bonnevay (objectif 100% de couverture).
La Métropole de Lyon et les communes de Villeurbanne et Vaulx-en-Velin ont entrepris la réalisation des travaux d’éclairage public, l’installation d’un ralentisseur à proximité de l’arrêt le Roulet, l’élargissement du trottoir à l’arrêt Saint Jean, le déplacement de l’arrêt Pont des Planches.

- Une démarche partenariale et citoyenne pérenne
Afin d’inscrire cette démarche dans la durée, le Sytral et Keolis ont mis à disposition des 5 ambassadrices, une adresse mail TCL dédiée, dans le but de maintenir le lien et de suivre régulièrement leur retour sur les aménagements en cours et les améliorations constatées.

- Une lutte contre l’incivilité accentuée
Après avoir relayé la campagne nationale en 2015 et 2016, le Sytral s’engage à créer et afficher chaque année dans le réseau TCL, une campagne spécifique sur le thème du respect des femmes dans les transports publics.
Le Sytral intègrera par ailleurs dans sa campagne annuelle sur le civisme, le thème de la propreté dans les transports en commun.