Cette signature, notamment par la présidente de Région Valérie Pécresse, l'État, le conseil régional Grand est, les départements de Seine-et-Marne et de l'Aube, la ville de Troyes et SNCF Réseau, devrait permettre à terme l'amélioration des conditions de transports des voyageurs "puisque la ligne sera équipée de trains Francilien neufs et en plus grand nombre", a indiqué un communiqué de la Région IDF. La ligne P, empruntée par 104.000 voyageurs, "est la dernière ligne de chemin de fer à ne pas être électrifiée en Île-de-France".
 
Sur l'axe Paris-Provins, la fréquentation ne cesse d'augmenter depuis plusieurs années et ce phénomène devrait se poursuivre (+28% entre 2010 et 2015)", ajoute le communiqué, soulignant "une situation apocalyptique : retards, trains supprimés ou bondés, matériel vieillissant difficilement réparable". "Sur cette ligne très défectueuse, les usagers sont au bord de la crise de nerfs", poursuit le communiqué.
 
Pour en finir avec cette situation, la Région a "augmenté sa participation à hauteur de 70 millions d'euros et a été accompagnée par le département de Seine-et-Marne à hauteur de 5 millions, pour un investissement total en Île-de-France s'élevant à 160 millions (dont 75 de l'État et 10 pour SNCF Réseau)".
 
"L'électrification des sections Gretz-Troyes et Longueville-Provins permettra une plus grande fiabilité des matériels roulants, une diminution de la pollution de l'air et une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre", assure la Région.
 
Les investissements de la Région seront complétés par ceux du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) à l'horizon 2021, avec "24 rames Francilien neuves sur la branche Provins de la ligne P" (+200 places assises par rapport aux trains actuels, sièges plus larges et confortables, vidéoprotection, climatisation...) et la rénovation de 16 "Z2N" (nouveau matériel roulant à freinage renforcés), "pour un montant total de 280 millions d'euros".

AFP