Avant l'arrivée des lignes du Grand Paris Express, le tram 11 Express (ex-Tangentielle Nord) sera mis en service en juillet 2017. Le technicentre a été inauguré, le 15 septembre 2016, en présence notamment de la présidente de la région Île-de-France et du Stif Valérie Pécresse, des présidents du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis et du Val-d'Oise, Stéphane Troussel et Arnaud Bazin.
 
L'atelier de maintenance et des voies de remisage des rames occupe une surface de 5 hectares à Noisy-le-Sec au nord-est de Paris. Le technicentre accueillera les rames de la ligne tram 11 Express et du futur tram T4 jusqu'à Clichy et Montfermeil. A terme, 140 personnes travailleront sur le site.

Un premier tronçon dès juillet 2017
 
Le tram-train circulera sur le premier tronçon de la ligne 11 Express (ex-tangentielle), soit 10,6 kilomètres entre Epinay-sur-Seine et Le Bourget. Grâce à la vitesse du train, la distance sera parcourue en 15 minutes à raison d'une rame toutes les cinq minutes en heures de pointe et 15 minutes en heures creuses entre 5h00 et 1h00 du matin.
 
La SNCF attend 42 000 voyageurs par jour. Le 11 Express sera en correspondance avec les lignes B, C et D du RER, la ligne H du Transilien, le tram T8 et les futures lignes du Grand paris Express 16 et 17. La fréquentation devrait être de 250 000 voyageurs à terme entre Sartrouville et Noisy-le-Sec, avec en plus des correspondances avec les lignes A et E du RER, les lignes L et J du Transilien.

Des infras à 603 millions
 
La première rame Citadis Dualis d'Alstom est arrivée au mois de juin 2016 (250 places dont 92 assises). Les premiers essais ont commencé au mois de juillet 2016. Les 13 autres seront livrées jusqu'à l'inauguration de la ligne en juillet 2017. Un investissement total de 83 millions d'euros (valeur 2013) pour le Stif.
 
Les infrastructures (603 millions en euros courants) ont été financées par la région Île-de-France à hauteur de 47%, l'État (27%), la SNCF (24%), le conseil départemental de Seine-Saint-Denis (2%) et du Val-d'Oise (1%). Six ans de travaux auront été nécessaires, SNCF Réseau ayant réalisé l'infrastructure ferroviaire ; SNCF Mobilités, l'ensemble des gares, l'atelier de maintenance et le centre de remisage des rames ainsi que le poste de commandement.

Seul bémol à cette inauguration, le communiqué des élus front de gauche du Stif. Ces derniers dénoncent un tour de passe-passe de la SNCF pour l'exploitation de la ligne : sa filiale Keolis a elle-même créé la filiale de droit privé Transkeo chargée de recruter les conducteurs du tram-train. Une opération annonciatrice, à leurs yeux, d'un "dumping social".

Florence Guernalec