Le monopole d'Alstom sous la Manche prend l'eau. Saisie fin 2010 par la Commission intergouvernementale du tunnel sous La Manche (CIG) pour donner un avis technique sur une éventuelle évolution des règles de sécurité des trains à grande vitesse transmanche suite à la commande par Eurostar de 10 trains fabriqués par Siemens, l'Agence ferroviaire européenne (ERA) conclue que la motorisation répartie n'est pas interdite.

Cette technique qui voit les éléments moteurs répartis le long de la rame - au lieu d'être logés dans la seule motrice - était le principal grief du secrétariat d'Etat aux Transports qui était monté au créneau lorsqu'Eurostar avait commandé les trains allemands pour 600 millions d'euros (lire l'article "La stupéfaction du gouvernement français"), livrables en 2014.


Conflit franco-allemand

Retour sur cette querelle ferroviaire franco-allemande : en octobre 2010, la compagnie Eurostar, filiale de la SNCF, annonce l'achat de dix nouveaux trains à Siemens, en anticipant l'évolution annoncée des règles de sécurité dans le tunnel. Cette commande suscite alors la colère de l'Etat français et du fournisseur habituel Alstom qui a porté l'affaire en justice pour faire annuler le contrat, avant d'être débouté (lire).
Les Français reprochent le choix de la "motorisation répartie" qui, selon eux, présenterait plus de risques d'incendie.

"Les exigences qui s'appliquent actuellement à l'autorisation de véhicules pour le Tunnel sous la Manche n'interdisent pas explicitement la motorisation répartie, pourvu qu'un niveau de sécurité équivalent à celui de la référence (design Eurostar) soit démontré", estime l'Agence dans un (en français et anglais).
 "Toute configuration d'architecture de traction soumise pour autorisation qui démontre qu'elle remplit les exigences génériques appropriées pour la sécurité incendie devrait être autorisée", conclue l'Agence.


Prudence et satisfaction

Eurostar se dit satisfait de cet avis. "Nous sommes ravis de pouvoir avancer le développement de nos projets relatifs à la commande de nouvelles rames", indique le groupe dans un communiqué.
Même satisfaction chez Siemens: "Nous saluons le fait que l'ERA ait examiné de fond en comble le sujet de la motorisation répartie. Nous avons toujours soutenu que le passage de trains à motorisation répartie dans le Tunnel était possible", a déclaré à l'AFP une porte-parole du groupe allemand.

De son côté, un porte-parole d'Alstom a simplement déclaré à l'AFP : "Nous ne sommes pas impliqués dans l'élaboration des règles de sécurité qui régissent le trafic dans le tunnel sous La Manche. Ces règles sont sous la seule responsabilité de la CIG".

Pour Thierry Mariani, secrétaire d'Etat aux Transports, "l'avis transmis par l'agence européenne ne préconise pas tel ou tel système de motorisation, mais demande que les objectifs de sécurité soient garantis. Sur la base de cet avis, c'est uniquement à partir d'études de sécurité préalables que les demandes d'autorisation seront examinées".


La DB affûte ses ambitions sous la Manche

Prudente, l'ERA a néanmoins considéré que "les exigences existantes pour l'autorisation de trains dans le Tunnel sous la Manche ne sont pas clairement établies, publiées et notifiées comme règles techniques". Par conséquent, ces exigences "pourraient empêcher ou rendre plus difficile l'autorisation de matériel roulant conforme aux STI (spécification technique d'interopérabilité, ndlr) ou de matériel roulant existant présentant un niveau de sécurité équivalent à celui de trains y circulant déjà".

"Afin que toute proposition de cas spécifique soit correctement justifiée, la révision des règles techniques et des exigences qui doit être entreprise par la CIG doit se fonder sur une analyse objective, approfondie et systématique de l'ensemble des règles et des scenarii sous-jacents" dont découlent les règles de sécurité actuelles, poursuit l'Agence.

Pressée, Deutsche Bahn qui attend de faire rouler ses trains à grande vitesse sous la Manche pour desservir Londres depuis l'Allemagne à partir de 2013, espère un feu vert à l'été 2011. Jusqu'ici, ce trafic était réservé à Eurostar.  Un représentant de la compagnie ferroviaire allemande cité par l'AFP qualifie "d'étape importante" cet avis favorable de l'ERA. A suivre.


Nathalie Arensonas (avec AFP)