En deux mois, dix-neuf jeunes pousses des Haut-de-France ont déposé leur candidature pour proposer à Keolis Lille une innovation en lien avec la mobilité, dont huit ont été présélectionnées par un jury composé d'experts.
 
Trois d'entre elles ont décroché un ticket gagnant pour expérimenter leur solution visant à renouveler l'image des transports en commun en imaginant des services modernes et connectés.  
 
Les candidats avaient le choix de concourir dans l'une des trois catégories imposées par l'opérateur de transport : changement des comportements et parcours client digital ; ambiance et sentiment de sécurité ; processus interne.
 
"Nous n'avons pas eu de projet concernant le troisième axe de réflexion car le délai de réponse était trop juste. De plus, cela nécessite une connaissance un peu plus fine de ce qui existe au sein de l'entreprise", explique Gilles Fargier, directeur général de Keolis Lille.
 
Cette filiale opère Transpole, le réseau urbain de Lille Métropole, qui en 2016 devrait réaliser plus de 178 millions de voyages.
 
Moodi : la météo émotionnelle du réseau
 
Première innovation retenue, celle de la start-up Insitaction pour son projet Moodi permettant aux clients de Transpole de partager leur émotion en situation de mobilité.
 
En un simple clic, le voyageur pourra à tout moment qualifier son ressenti, signaler une agression ou une incivilité, envoyer un SMS pour lancer une alerte. "Pouvoir signaler un incident est un sujet de préoccupation de nos clients".
 
Ces informations seront transmises aux différents postes de commandement (PC) de l'entreprise. Ainsi, Keolis pourra analyser le bien-être (ou le mal-être) de ses usagers et créer une cartographie du sentiment d'insécurité.

"Ce sera une sorte de météo émotionnelle du réseau de transport en commun". L'intérêt ? Mieux adapter les moyens et les équipes de Transpole qui pourra également partager ces infos avec d'autres partenaires comme l'autorité organisatrice et les forces de l'ordre.
 
Picto travel pour améliorer l'accessibilité
 
Deuxième innovation retenue, celle de Picto Travel pour son projet "Mobilité pour tous". Cette start-up propose de créer une application qui devrait favoriser l'accessibilité du réseau urbain à toutes les personnes en situation de handicap. Le principe consiste à délivrer une information en temps réel sur l'état d'accessibilité des équipements et de l'environnement des stations.
 
Cet outil fournira également des alertes en cas de défaillance d'un équipement. Enfin, les voyageurs pourront transmettre leurs observations. Un moyen pour Transpole d'identifier et de prioriser les points d'amélioration.
 
PédaLille pour développer la pratique du vélo
 
Enfin, Transpole a souhaité retenir le projet PédaLille imaginé par 2R Aventure dont la finalité est de développer l'usage du vélo sur le territoire de la métropole. Un mode que les élus et l'opérateur de transport (qui gère 2500 vélos en libre-service et 223 stations) souhaitent développer au regard de sa faible part de marché (2%).
 
Pour cela, la start-up propose d'intégrer, dans un calculateur d'itinéraires, les informations cyclables (voies et pistes, double sens de circulation) cartographiées par l'Association droit au vélo (ADAV). S'ajouteront des informations concernant le trafic, le type de vélo, le dénivelé, les espaces de parking et les possibilités d'intermodalité.
 
Expérimentations en 2017
 
Ces différents projets sont à des degrés de maturité différents. Pour leur donner vie, ces trois start-up vont bénéficier de l'appui logistique de Keolis Lille. Cela passera par le partage d'informations et de données, la mise à disposition d'experts et éventuellement d'un coup de pouce financier.  "Nous ne sommes pas dans une démarche où nous allons investir dans le capital de ces start-up", précise néanmoins Gilles Fargier.
 
Ces innovations seront expérimentées courant 2017. "Comme nous sommes en mode start-up, les projets avancent très vite et leur réalisation se comptent en nombre de jours ou de mois, contrairement au domaine des transports publics où les réflexions se mesurent en années".
 
Convaincu de l'intérêt d'impliquer l'écosystème des start-up sur du long terme, Keolis Lille lancera mi-2017 une deuxième édition de Mobilidées.
 
"Ce lien entre de grands groupes comme le nôtre et ces jeunes entreprises est absolument nécessaire pour être en avec l'évolution sociétale de nos voyageurs. Il faut le faire perdurer car il nous permet d'appréhender et d'accélérer les changements nécessaires pour répondre aux attentes de nos voyageurs", conclut Gilles Fargier.
 
Christine Cabiron