"Le 22 mars 2011, Pininfarina a exercé son option prévue dans les accords signés en septembre 2010 avec le groupe Bolloré et a vendu à l'actionnaire français sa participation dans la coentreprise à parts égales
Véhicules Electriques Pininfarina Bolloré", indique Pininfarina dans un communiqué.

Bolloré dispose donc désormais de 100% de cette coentreprise. Montant de l'opération, fixé dans le cadre de l'accord de septembre,10 millions d'euros.  "L'opération, qui ne constitue pas une modification du plan industriel de la société, s'inscrit dans le cadre des excellents rapports industriels existants entre les groupes Pininfarina et Bolloré", poursuit le groupe italien.


Au bord de la faillite

Pininfarina avait annoncé le 10 mars qu'il allait louer son usine à Bolloré et au carrossier italien Cecomp pour qu'ils puissent fabriquer les véhicules électriques destinées au projet de voitures électriques en libre-service
Autolib' à Paris (lire l'article). Pininfarina et Bolloré collaborent depuis fin 2007 sur la production et la commercialisation d'une voiture électrique.
 
En grande difficulté financière, Pininfarina (33 millions de perte en 2010) avait évité la faillite en signant un accord fin 2008 avec ses créanciers prévoyant la vente à terme par la famille Pininfarina de la quasi totalité de sa part de 77%. La banque d'affaires Banca Leonardo a été mandatée pour trouver un acheteur.

Fondé en 1930 et basé près de Turin, coeur de l'industrie automobile italienne, Pininfarina s'est spécialisé dans le design et l'assemblage de coupés et de cabriolets pour le compte de grands constructeurs. L'un de ses modèles les plus célèbres est la Ferrari Testarossa.

N.A (avec AFP)