Un rapport de la SNCF est attendu, le 10 novembre 2016, pour mettre fin à la polémique sur la capacité des nouveaux trains TET que la SNCF s'apprête à commander à Bombardier pour le compte de la région Normandie à entrer sans problèmes dans la  gare de Paris Saint-Lazare. Il s'agit d'éviter un nouvel épisode des "trains trop larges" qui avait valu des risées à la SNCF, obligée de raboter certains quais pour laisser passer les nouveaux TER financés par les Régions. 

"On est suspendu aux conclusions de ce rapport car on ne commandera que si l'on est sûr que l'on ne prendra pas de risques financiers", a indiqué à l'AFP Jean-Baptiste Gastinne (LR), vice-président de la région Normandie, chargé des Transports.

Mais "tous les signaux sont au vert", a-t-il poursuivi. "Tous les retours oraux que nous a faits SNCF Réseau, y compris par la voix de son président Patrick Jeantet, nous ont laissé entendre qu'il n'y aurait pas de points  bloquants, même pas de travaux à faire et que nous pouvions, sans risque,  commander les trains le 23 de ce mois, comme c'est prévu", a-t-il précisé.

La Normandie, présidée par Hervé Morin (UDI), s'apprête à passer commande de 40 rames à deux niveaux, pouvant rouler à 200 km/h, à Bombardier, pour ses trains Intercités Paris-Rouen-Le Havre et  Paris-Caen-Cherbourg.

Cette commande, d'un montant de 720 millions d'euros, sera financée par l'État, en échange, la Normandie s'est engagée à prendre en charge les  éventuels déficits de l'ensemble de ses lignes Intercités.

Surveiller la géométrie des voies

Mais l'opposition socialiste au conseil régional estime que la majorité a pris de gros risques financiers. Dans un communiqué publié lundi 7 novembre 2016, faisant référence à des articles de presse selon lesquels les nouveaux trains seraient  "trop larges" pour passer certains aiguillages et pour se croiser dans des courbes, le groupe socialiste demande à voir "l'ensemble des éléments techniques – études, rapports –­ de nature à lever toute ambiguïté sur ce point  évidemment capital".

"La seule chose que SNCF Réseau anticipe déjà c'est qu'il faudra sans doute surveiller la géométrie des voies, un peu plus finement qu'elle ne le fait  aujourd'hui", pour tenir compte du gabarit de ces nouveaux trains, a assuré M. Gastinne.

Ces rames doivent être commandées sans appel d'offres à travers le contrat-cadre passé en 2010 entre la SNCF et Bombardier pour des Regio 2N.

Marc Fressoz (avec AFP)